Nenê n'a pas suffi

  • A
  • A
Nenê n'a pas suffi
Partagez sur :

Alors que le PSG menait au score face à Monaco à deux minutes de la fin de la rencontre, à la suite d'un doublé de Nenê face à son ancien club, les Parisiens se sont fait rejoindre au score par Monaco (2-2), samedi soir lors de la 18e journée de Ligue 1. Une belle occasion ratée pour les hommes d'Antoine Kombouaré qui auraient pu prendre provisoirement la tête du classement.

Alors que le PSG menait au score face à Monaco à deux minutes de la fin de la rencontre, à la suite d'un doublé de Nenê face à son ancien club, les Parisiens se sont fait rejoindre au score par Monaco (2-2), samedi soir lors de la 18e journée de Ligue 1. Une belle occasion ratée pour les hommes d'Antoine Kombouaré qui auraient pu prendre provisoirement la tête du classement. Paris a manqué une nouvelle opportunité de s'emparer de la première place du classement, ce samedi face à Monaco. Malgré les conditions difficiles, les Parisiens ont eu le caractère et les qualités pour revenir au score après avoir été menés, ils ont même largement dominé après le doublé de l'inévitable Nenê, se procurant plusieurs opportunités franches de 3-1. A force de gâcher, ils ont fini par céder sur une action confuse. Qu'importe, le PSG reste coincé à la deuxième place alors que la première lui tendait plus que jamais les bras. Encore une fois... Et pourtant malgré la neige sur le terrain, parfaitement remis en état grâce au bon travail des jardiniers, les deux équipes n'ont pas hésité à développer du jeu d'entrée. Un début de match clairement en faveur de Monégasques qui ont su mordre dans le ballon avec notamment une frappe presque immédiate d'Haruna (3e). L'ASM, mal en point au classement, essaye de faire honneur à sa réputation au Parc des Princes, Lolo s'y colle (12e) avant que Traore ne se blesse tout seul (16e). Il sera remplacé par Nkoulou. Le Paris Saint-Germain tente de se souvenir qu'un succès lui offrirait provisoirement la première place mais Nenê (13e), Hoarau (21e) et Chantôme (29e) ne parviennent pas à prendre Ruffier à défaut. Pire pour le PSG, Aubameyang devance Jallet et mais ne peut cadrer (30e) avant que sur un coup franc frappé par Haruna, Puygrenier saute plus haut que tout le monde et lobe Edel (0-1, 33e). Plutôt que de courber l'échine, les Parisiens se révoltent quasi-immédiatement. Giuly contraint Ruffier à une belle parade (34e), le coup franc de Nenê passe de peu au-dessus (38e) avant que Nenê ne délivre le Parc des Princes d'une reprise de volée lointaine mais soudaine qui trompe Ruffier (1-1, 40e). Le PSG accélère encore et il faut un sauvetage de Bonnart dans les pieds d'Erding pour éloigner le danger (45e). Nenê brille, Paris crise L'élan du Paris Saint-Germain n'est nullement coupé par la mi-temps. En effet, contrairement à la première période, ce sont les Franciliens qui démarrent fort. Chantôme cherche activement son premier but au Parc des Princes mais il est gêné par Giuly et ne cadre pas (50e) avant que sa deuxième tentative ne soit légèrement déviée par Puygrenier (52e). Du coup, Nenê décide de prendre l'avenir du PSG en mains et double la mise d'une frappe enroulée dont il a secret (2-1, 52e). Le Brésilien profite de ce doublé pour rejoindre le Lillois Sow en tête du classement des buteurs (13 buts chacun). Guy Lacombe, forcément très déçu, réagit et remplace Aubameyang par Niculae qui passe en pointe (55e). L'ancien Auxerrois essaye de donner raison à son entraîneur mais sa frappe est trop molle (61e). Du côté du PSG, si Nenê est en pleine confiance, ce n'est pas le cas d'Erding bien servi par Giuly mais qui hésite à l'heure de frapper et fait le contrôle de trop (65e). C'est ensuite au tour de Giuly de faire face à Ruffier mais le Parisien manque son duel (66e). Un manque de réussite qui pousse Kombouaré à changer ses plans en lançant Sessegnon à la place d'Erding (68e). Du coup, Giuly grimpe en pointe. Les hommes de Kombouaré poursuivent sur cette lancée face à des Monégasques qui, eux, essayent de profiter de la moindre opportunité en contre. Les minutes aidant, l'entraîneur de Paris opte pour une solution défensive en lançant Clément à la place de Giuly (79e). Une option qui permet à l'ASM de se procurer plusieurs coups de pied arrêtés dangereux. Les Parisiens évoluent en contre avec Sessegnon (83e) ou Hoarau (85e) mais ce sont bien les Monégasques le plus dangereux. L'ASM insiste et va être récompensée sur une ultime tentative de Niculae (2-2, 88e). Paris enrage et fait valoir que Sessegnon était au sol. Est-ce pour cela qu'ils n'ont pas attaqué le porteur du ballon ? Pas sûr... Quoiqu'il en soit, l'arbitre n'ayant rien dit, ce sont assurément les Franciliens qui ont tort. Leur colère n'y changera rien, l'ASM aime le Parc. On le savait déjà.