Nenê: "Maintenant, je suis le problème..."

  • A
  • A
Nenê: "Maintenant, je suis le problème..."
Partagez sur :

Le Paris Saint-Germain a encore évolué en mode bipolaire ce dimanche lors de la réception de Montpellier dimanche dans le cadre de la 27e journée (2-2). Une période pour chaque équipe et un résultat nul qui place les Parisiens dans une situation très délicate dans la course à la Ligue des champions. Nenê, pointé du doigt depuis janvier, s'est arrêté devant les médias pour exprimer son désarroi.

Le Paris Saint-Germain a encore évolué en mode bipolaire ce dimanche lors de la réception de Montpellier dimanche dans le cadre de la 27e journée (2-2). Une période pour chaque équipe et un résultat nul qui place les Parisiens dans une situation très délicate dans la course à la Ligue des champions. Nenê, pointé du doigt depuis janvier, s'est arrêté devant les médias pour exprimer son désarroi. Des éclats de voix qui ne vont pas dans le bon sens. Paris cherche actuellement des solutions pour retrouver un tempo perdu et surtout le goût d'une victoire qui le fuit depuis maintenant trois matches. Au sein du PSG, le Brésilien Nenê a été étincelant durant la première partie de la saison, inscrivant 13 buts avant janvier. Depuis, l'attaquant a été un peu malade et surtout moins bon en début d'année. Et s'il retrouve petit à petit le rythme, il n'a pas toujours apprécié d'être ainsi stigmatisé. De fait, sa réussite a bien souvent sorti Paris de situations délicates, elle a surtout permis de compenser un manque de réalisme criant. Dimanche, après le match nul face à Montpellier, le Brésilien a été le seul à venir s'exprimer devant les médias. Pas longtemps... Visiblement en colère, il a lâché: "Moi, j'ai été nul. Avant, j'étais la solution de l'équipe maintenant je suis le problème." Une analyse sous le coup de la colère qui semble répondre à une attaque directe à son encontre par Antoine Kombouaré. Des éclats de voix dans le vestiaire, dont Le Parisien s'est fait l'écho, semblent en effet à l'origine de la double colère de Nenê. Une bouderie qui coûterait cher Car s'il a été "nul" dimanche, il a tout de même adressé une nouvelle passe décisive à Guillaume Hoarau sur le premier but parisien. Ce que semble en revanche lui avoir reproché son entraîneur, ce serait davantage son attitude face aux choix de certains de ses partenaires, le Brésilien levant souvent les bras par dépit. "Si je ne reçois pas le ballon, je m'énerve parfois, mais c'est parce que j'ai l'impression de ne pas aider mon équipe", justifiait-il dimanche dans les colonnes de L'Equipe. Une histoire de choix, de besoin et de nécessité de marquer car même s'il s'en défend, le fait de ne pas avoir marqué en championnat en 2011 lui pèse forcément. Nenê voit bien qu'il est moins décisif et donc moins bon qu'il a pu l'être en début de championnat. Les défenseurs ne le lâchent plus et la réussite le fuit, notamment sur coups francs. On comprend évidemment les fâcheries et les déceptions après un match nul alors que Paris évoluait en supériorité numérique, mais Antoine Kombouaré a tout intérêt à conserver un vestiaire uni dans une période aussi délicate. Cette semaine, le PSG joue une grosse partie de ses ambitions annuelles avec le match retour de Ligue Europa au Parc des princes face au Benfica Lisbonne puis un choc au stade Vélodrome face à Marseille. Une ligne droite périlleuse qui ne supportera pas la moindre bouderie. Avec un Nenê qui retrouve ses sensations, c'est mieux. Avec un Nenê buteur, ce serait parfait...