Nasri veut passer à autre chose

  • A
  • A
Nasri veut passer à autre chose
Partagez sur :

Il est peu de dire que le dernier rassemblement de l'équipe de France a fait mal à Samir Nasri. Le milieu de terrain de City, dont une petite phrase dans la presse à l'encontre de Laurent Blanc avait été montée en épingle, n'avait pas réussi à se rattraper sur le terrain. A deux jours du match face à l'Albanie, l'ancien Gunner s'est montré détendu au moment de revenir sur ce passé récent et déterminé à montrer un meilleur niveau.

Il est peu de dire que le dernier rassemblement de l'équipe de France a fait mal à Samir Nasri. Le milieu de terrain de City, dont une petite phrase dans la presse à l'encontre de Laurent Blanc avait été montée en épingle, n'avait pas réussi à se rattraper sur le terrain. A deux jours du match face à l'Albanie, l'ancien Gunner s'est montré détendu au moment de revenir sur ce passé récent et déterminé à montrer un meilleur niveau. Samir Nasri n'a guère marqué de points lors des deux dernières rencontres de l'équipe de France, disputées en septembre en Albanie puis en Roumanie. Le meneur de jeu, en plus d'avoir été médiocre sur le terrain, s'était quelque peu accroché à distance avec Laurent Blanc. A l'origine une petite critique du sélectionneur à l'encontre du joueur de City, pas assez décisif en Bleu selon le «Président». Face aux journalistes Nasri avait confié qu'il aurait préféré que la remarque lui soit faite "entre quatre yeux." Rien de bien méchant, mais suffisant pour perturber l'intéressé. "J'ai pris un petit coup sur la tête en Roumanie, avouait l'ancien minot, détendu, mercredi midi à Clairefontaine. Je n'avais pas été titularisé et il y avait toute cette discussion autour du pseudo conflit avec le sélectionneur national... Cette histoire m'a beaucoup pesé parce qu'on s'est éternisé là-dessus pendant dix jours alors que c'était un malentendu et le lendemain, le problème était déjà réglé suite à une petite discussion. Vous ne m'avez pas fait de cadeau donc ça a été un peu difficile." Surtout, Nasri n'a pas apprécié les reproches sur son manque d'investissement. "Parler de mes performances, il n'y a pas de problème. Je suis grand, annonce-t-il avec le sourire. Je sais quand je n'ai pas été bon. En revanche, l'attitude sur le terrain, là non. Parce que j'avais dit: «je n'ai rien à prouver», vous en avez déduit que j'étais nonchalant. Non je n'ai jamais été nonchalant. A un moment donné en sélection, on me dit que si je décroche, je suis trop bas. Si je touche le ballon, on dit que je ralentis le jeu... Franchement, vous m'avez tué. Tout ce que je faisais n'était pas bon.""Mes deux ou trois derniers matches étaient des accidents" Presque soulagé de regagner l'Angleterre à l'issue du match nul obtenu par les Bleus en Roumanie, Nasri s'est ressourcé avec son nouveau club et est revenu avec la ferme intention de se racheter. "J'ai vraiment envie de bien faire mais je ne veux pas trop me mettre de pression, sinon les épaules deviennent trop lourdes, concède l'ancien joueur de l'OM. Je veux jouer et être le meilleur possible. Mais je ne revendique rien. Qui je suis pour demander de jouer à gauche, à droite ou dans l'axe ? En équipe de France, rien n'est jamais acquis et tu peux te faire prendre ta place par un jeune qui arrive et qui est bon." Ce qui pourrait encore être le cas vendredi au Stade de France tant Marvin Martin constitue une menace à son poste. "J'ai envie de montrer que mes deux ou trois derniers matches étaient des accidents", ajoute Nasri. Laurent Blanc, qui avait certainement tenté de le mettre devant ses responsabilités il y a un mois, attend toujours de son milieu offensif qu'il soit plus déterminant en équipe de France. Qu'il se rende indispensable en quelque sorte, comme a su le faire Karim Benzema, forfait pour ces deux derniers matches de qualification. Né en 1987 comme l'attaquant du Real, Nasri a encore du chemin à parcourir pour bénéficier de la même aura en équipe de France. Se montrer à son meilleur niveau au moment où les Bleus vont jouer leurs deux matches les plus importants depuis le début de l'ère Laurent Blanc ne serait pas une mauvaise idée. VIDEO