Naples plombe l'Inter

  • A
  • A
Naples plombe l'Inter
Partagez sur :

Bien que privé de son buteur uruguayen Cavani, le Napoli s'est imposé à Giuseppe Meazza, samedi, lors de la 6e journée de Serie A (0-3). Une première depuis 1994 qui permet aux Partenopei de prendre provisoirement les commandes du championnat, tout en lestant un concurrent direct dans la course au Scudetto. Convalescent depuis l'arrivée de Ranieri à son chevet, l'Inter n'est pas guéri...

Bien que privé de son buteur uruguayen Cavani, le Napoli s'est imposé à Giuseppe Meazza, samedi, lors de la 6e journée de Serie A (0-3). Une première depuis 1994 qui permet aux Partenopei de prendre provisoirement les commandes du championnat, tout en lestant un concurrent direct dans la course au Scudetto. Convalescent depuis l'arrivée de Ranieri à son chevet, l'Inter n'est pas guéri... Il restait un quart d'heure à jouer et déjà les tribunes de Giuseppe Meazza étaient clairsemées, sous le regard amusé de Fabio Cannavaro. Il faut dire que Naples a porté un grand coup au moral intériste ce samedi soir, s'imposant sur une pelouse qui ne lui avait plus réussi depuis 1994, là où les Azzurri accusaient une série de huit revers consécutifs. Quelque peu relancés depuis l'arrivée de Claudio Ranieri à leur chevet, vainqueurs à Bologne puis à Moscou cette semaine en Ligue des champions, les Nerazzurri ont rechuté. Pour le plus grand bien de leurs adversaires du jour. En forme déclinante en championnat après leur coup d'éclat devant l'AC Milan, le 18 septembre dernier, mais ravivés par leur succès sur Villarreal quelques jours plus tôt en coupe d'Europe, les Napolitains ont confirmé dans l'antre milanais qu'il faudrait compter avec eux cette saison encore dans la course au Scudetto. Rigoureux, techniquement et physiquement au point, au contraire de leurs hôtes, les Partenopei ont livré une copie sans rature, bien aidés il est vrai dans leur entreprise victorieuse par une bévue du corps arbitral. En fin de première période, c'est en effet sur une erreur d'appréciation de M. Rocchi que la partie va basculer. Obi accroche Maggio hors de la surface et pourtant l'Inter écope de la double peine: deuxième carton jaune synonyme d'expulsion pour le Nigérian et pénalty. Ironie du sort, Hamsik manque la sentence mais Campagnaro, opportuniste, bondit pour ouvrir la marque (0-1, 42e). La pause est sifflée dans un chahut complet, les tifosi milanais hurlant à l'injustice comme un Ranieri exclu à son tour pour sa véhémence envers l'arbitre. En infériorité numérique, les Nerazzurri se montrent incapables de réagir après la pause. Maggio, de tous les bons coups ce samedi, enfonce le clou d'un petit lob astucieux tandis que Nagatomo tergiverse devant son propre gardien (0-2, 56e). La messe est dite mais les Lombards ne sont pas au bout de leurs peines. Une dernière inspiration d'exception de Lavezzi offre à Hamsik le troisième but azzurro (0-3, 75e). Voilà le Napoli en tête de la Serie A, en attendant le choc dominical entre la Juventus et l'AC Milan et le résultat de l'Udinese contre Bologne. Aux antipodes du classement, l'Inter pourrait bien finir cette sixième levée de calcio dans la zone rouge.