Nantes monte en puissance

  • A
  • A
Nantes monte en puissance
Partagez sur :

Nantes s'est imposé à Brest (2-1), lundi en clôture de la 5e journée de Ligue 2. Klasnic et N'Diaye ont offert la victoire aux Canaris. Grâce à ce succès, les hommes de Gernot Rohr montent sur le podium pour la première fois cette saison.

Nantes s'est imposé à Brest (2-1), lundi en clôture de la 5e journée de Ligue 2. Klasnic et N'Diaye ont offert la victoire aux Canaris. Grâce à ce succès, les hommes de Gernot Rohr montent sur le podium pour la première fois cette saison.Battu d'entrée de saison à Caen (1-0), piteusement sorti au premier tour de la Coupe de la Ligue par Troyes (4-0), pensionnaire de National, en proie à la fronde d'une partie de ses supporters, le FC Nantes avait tout à craindre de son début de saison, à l'occasion de ses retrouvailles avec la Ligue 2, seulement un an après l'avoir quittée. A croire que la peur de vivre un exercice 2009-10 encore plus "galère" que le précédent a fini par faire réagir les Canaris, eux qui achèvent ce mois d'août en bien meilleure posture, sur le podium après cinq journées, et avec un nul pour trois victoires lors des quatre dernières journées, la dernière, lundi soir, sur la pelouse du Stade Brestois (2-1).Certes, le FCN n'a pas été transcendant, la réussite a été de son côté, mais il a su faire preuve d'expérience et de réalisme pour infliger à l'équipe finistérienne son premier revers à domicile de la saison. Voilà Brest, qui a pourtant eu sa chance au début de chaque mi-temps mais a péché par manque d'efficacité offensive, rentré dans le rang de la Ligue 2 avec deux victoires pour trois défaites, et Nantes de retour aux affaires, à trois longueurs de son seul vainqueur en Championnat, le Stade Malherbe de Caen.De quoi réjouir l'entraîneur franco-allemand Gernot Rohr, même si l'homme, du haut de ses nombreuses années d'entraîneur, n'est pas du genre à s'enflammer: "Je suis assez satisfait, le match a été assez difficile, commentera-t-il après-coup au micro d'Eurosport. On a manqué de sérénité en fin de rencontre, mais j'ai trouvé mon équipe très solidaire et dangereuse en contre. Ces trois points nous font du bien car on reste sur une bonne dynamique, ça va mieux mais on est loin de notre rendement maximal et ça va mieux avec notre public. Maintenant, l'objectif, on le connaît, il reste encore beaucoup beaucoup de matches, 33, pour y arriver et monter."Brest touche deux fois du boisLa montée, le Stade Brestois n'y pensait pas vraiment en début de saison, lui qui a été échaudé par un exercice 2008-09 qu'il avait attaqué ambitieux et achevé aux portes du National. Ce revers vient en tout cas lui rappeler que s'il veut assurer son maintien le plus vite possible, il devra se montrer à la fois plus efficace devant et moins naïf derrière, la chance l'ayant en outre abandonné en seconde période avec un poteau et une barre.Subissant l'ouverture du score en première période suite à un coup franc puissant d'Ivan Klasnic, dont s'était peut-être la dernière apparition sous le maillot des Canaris (0-1, 28e), Brest tente dès le retour des vestiaires de revenir dans la partie, avec un slalom dans la surface de Fabien qui ouvre son pied gauche mais trouve le poteau droit de Kamenar (51e). Mais comme en première période, la chance bretonne est passée, car sur un contre côté droit, N'Diaye double le score à la suite d'un cafouillage, pour, lui aussi, son quatrième but de la saison (55e).Terrible leçon de réalisme de la part des Canaris qui, forts de leur avantage de deux buts, tentent de gérer la dernière demi-heure, mais les visiteurs en oublient de jouer au ballon et permettent aux hommes d'Alex Dupont, qui ont de nouveau touché du bois sur une frappe de Grougi (77e), d'être récompensés avec Lesoimier qui déborde côté gauche et centre pour le rentrant Roux qui, du bout du pied, égalise à bout portant (80e). Trop tard cependant pour arracher un point du match nul qui n'aurait pas été immérité, la différence s'étant finalement faite sur le réalisme devant le but adverse.