Nantes l'a mauvaise

  • A
  • A
Nantes l'a mauvaise
Partagez sur :

Nantes a raté l'occasion de se rapprocher du podium en concédant une défaite difficile à digérer sur la pelouse de Reims (3-1), lundi soir, en clôture de la 16e journée de Ligue 2. Les Canaris se sont vu refuser un but valable alors que le score n'était que de 1-0. Fauré (39e, 84e) et Ghilas (59e) sont les buteurs champenois. Pancrate a réduit l'écart (88e).

Nantes a raté l'occasion de se rapprocher du podium en concédant une défaite difficile à digérer sur la pelouse de Reims (3-1), lundi soir, en clôture de la 16e journée de Ligue 2. Les Canaris se sont vu refuser un but valable alors que le score n'était que de 1-0. Fauré (39e, 84e) et Ghilas (59e) sont les buteurs champenois. Pancrate a réduit l'écart (88e). Nantes peut l'avoir mauvaise. En déplacement sur la pelouse de Reims, lundi soir en clôture de la 16e journée de Ligue 2, les Canaris avaient l'occasion de revenir à deux points du podium en cas de victoire. Les Rémois, eux, avaient pour objectif de reprendre la deuxième place du classement qui leur avait été subtilisée vendredi soir par Guingamp, vainqueur à Laval (1-2). Ce sont les Champenois qui sont parvenus à leurs fins, bâtissant leur victoire sur des réalisations signées Fauré (39e, 84e) et Ghilas (59e). Mais si la domination a été rémoise, les Nantais peuvent regretter un fait de jeu qui a changé le cours des choses et cassé leur ressort. Au retour des vestiaires, alors que le FCN ne compte d'un but de retard sur son hôte, Djordjevic prolonge un centre de Bessat vers Raspentino, lequel écrase sa reprise mais parvient à tromper Liebus (50e). Mais l'arbitre et son assistant n'accorde pas l'égalisation alors que le ballon était tout de même venu mourir derrière la ligne, entrant totalement dans la zone de but. Doublé de Fauré Fous de rage, à l'image du coach Landry Chauvin qui s'est mis à applaudir chaque coup de sifflet de l'arbitre après-coup, les Nantais ont concédé le but du break neuf minutes plus tard, lorsque Ghilas mettait à profit d'une belle volée un dégagement de la tête raté par Bessat. Les Rémois ont alors commencé à défendre assez bas sur le terrain, mais sur un modèle de défense approximative, tant au niveau du marquage que de l'alignement ou encore de la prise d'informations, les Canaris ont concédé un troisième but. L'oeuvre de Fauré, encore, qui a permis au Stade de Reims de soigner un peu plus son goal average et de régaler les supporters. Côté nantais, la réduction de l'écart signée Pancrate est intervenue trop tard (88e). Sans être vraiment lourde, l'addition est difficile à avaler pour les Canaris, qui se retrouvent du coup à six points du wagon de la montée, et à huit de leurs adversaires du soir.