Nantes en quête de stabilité

  • A
  • A
Nantes en quête de stabilité
Partagez sur :

A quand la stabilité au FC Nantes ? Les flops se suivent et se ressemblent à la tête de l'institution nantaise depuis la descente de Ligue 1 en 2007. Une décadence a feu doux d'un club qui doit sortir la tête de l'eau. Encore champions de France il y a dix ans, les Canaris peinent encore à se relever de la disparition du jeu "à la nantaise" qui était la marque de fabrique d'un temps où le FC Nantes gagnait encore des titres.

A quand la stabilité au FC Nantes ? Les flops se suivent et se ressemblent à la tête de l'institution nantaise depuis la descente de Ligue 1 en 2006-2007. Une décadence a feu doux d'un club qui doit absolument sortir la tête de l'eau pour ne pas perdre encore plus de sa superbe. Encore champions de France il y a dix ans, les Canaris peinent encore à se relever de la disparition du jeu "à la nantaise" qui était la marque de fabrique d'un temps où le FC Nantes gagnait encore des titres. La saison dernière Encore Sixièmes à mi-saison, les Canaris n'ont pas confirmé leur solide début de championnat en 2010-2011. Ils ont terminé à une 13e place peu rassurante à seulement 3 petits points du premier relégué en National, Vannes. Le manque de solutions offensives a pénalisé les Jaune et Vert qui possédaient seulement la 16e attaque du championnat. Le recrutement Le FC Nantes n'a pas lésiné sur les moyens durant ce mercato et a réalisé de gros coups sur le marché des transferts. La recrue phare demeure Sylvain Wiltord, mais avec l'apport de Fabrice Pancrate et Rudy Riou qui prendra la place de Guy-Rolland N'Dy Assembé, le FC Nantes a recruté à la hauteur de son statut. Et Landry Chauvin ne compte pas en rester là: "Nous restons à l'affût pour le poste de latéral gauche", prévient l'entraîneur nantais. Le joueur à suivre Sylvain Wiltord: A 37 ans, l'ex international français a encore faim de ballons: "Je n'avais pas trouvé de club l'année dernière, dans les tribunes je me disais que je pouvais encore jouer, ça a été long, j'étais impatient et donc je suis content aujourd'hui d'avoir retrouvé un club", déclarait-il lors de sa première conférence de presse avec les Canaris. Avec 92 sélections pour 26 buts en équipe de France, vainqueur de l'Euro 2000 avec son mémorable but égalisateur en finale à la 94e minute, son expérience ne pourra qu'être bénéfique pour le groupe. Auteur de prestations correctes en pré-saison, son niveau de jeu ne suscite pas encore d'interrogations, mais pourra-t-il le maintenir toute la saison ? L'entraîneur Landry Chauvin a brillamment fait ses armes au CS Sedan durant trois saisons de 2008 à 2011. Avec une dernière saison 2010-2011 en apothéose en terminant 2e meilleure attaque et 2e meilleure défense de Ligue 2, son bilan n'a néanmoins pas été récompensé d'une montée en Ligue 1 (5e). Landry Chauvin sait que sa tâche à Nantes sera lourde. A-t-il les épaules pour soutenir la pression qui vient en coachant un club historique ? Il se dit « serein », et son solide bilan sedanais ne fait que légitimiser cet état d'esprit positif. L'objectif "Nous n'avons pas d'objectif sur le long terme", nous explique officiellement Landry Chauvin. Mais officieusement la soif de résultats des Nantais n'a pas diminué, et une saison aux avant-postes de Ligue 2 paraît être l'objectif minimal d'un club 8 fois champion de France par le passé, qui pourrait néanmoins se contenter d'un classement en première partie de tableau. L'avis de la rédaction Landry Chauvin n'affiche pas le profil d'un entraineur qui promet des résultats dès qu'il arrive. Il s'installe à Nantes dans l'optique de construire quelque chose de solide, dans la durée, et demande du "temps et de la patience" pour qu'il parvienne à ses fins. Mais la pression et l'attente des supporters nécessiteront forcément des signes encourageants dès le début de saison pour qu'il reste en place. Un résultat final en première partie de tableau semble être l'objectif minimal d'un club de la carrure de Nantes qui devra néanmoins éviter de retomber dans ses travers, afin de ne pas finir dans un milieu de tableau trop quelconque.