Nani confirme enfin

  • A
  • A
Nani confirme enfin
@ Reuters
Partagez sur :

PREMIER LEAGUE - L'ailier portugais commence à enchaîner sous le maillot de MU.

PREMIER LEAGUE - L'ailier portugais commence à enchaîner sous le maillot de MU. Grandir dans l'ombre de Cristiano Ronaldo n'est pas chose aisée. Ce constat, valable pour Wayne Rooney, qui a dû attendre le départ du ballon d'or 2008 vers le Real Madrid pour prendre plus de responsabilités en attaque, l'est également pour Nani. Car si l'Anglais affiche des statistiques aussi exceptionnelles, notamment depuis le début de l'année (32 buts cette saison, dont 15 en 2010), il le doit en bonne partie au travail de ses ailiers, Valencia et Nani. Comme face à Fulham le week-end dernier (3-0), où Rooney a ouvert le score sur un service du Portugais, une action qui faisait écho au quatrième but des Red Devils face à l'AC Milan (4-0) quatre jours plus tôt. Deux exemples parmi d'autres qui traduisent la nouvelle dimension prise par Nani à Manchester United. Il s'en est pourtant fallu de peu pour que le numéro 17 des triples champions d'Angleterre ne quitte la Premier League pour retourner au Portugal au mois de janvier dernier. Décevant depuis son arrivée à Old Trafford en juillet 2007 contre 25 millions d'euros, on prêtait alors à Nani l'intention de partir de Manchester pour relancer une carrière jusque là plus proche de celle de Ricardo Quaresma que de celle de Cristiano Ronaldo. En novembre, mécontent de son temps de jeu, il s'en était pris à Ferguson par voie de presse, accusant le manager écossais de ne pas avoir tenu ses engagements. Quatre mois après, le discours de Nani, comme ses performances, ont considérablement évolué. Nani: "Ce club est idéal pour grandir""Semaine après semaine, le manager m'a accordé de plus en plus de confiance et ça m'a beaucoup aidé. Il a changé ma mentalité et m'a redonné le moral ces derniers mois", déclarait le Portugais fin janvier dans les colonnes du Sun. Une annonce suivie d'effet puisque quelques jours plus tard, il martyrisait la défense d'Arsenal lors de la victoire des Mancuniens à l'Emirates Stadium (1-3). Surtout, Nani a réussi ce qu'il n'avait jamais accompli jusqu'à alors: confirmer. Au point qu'il est devenu un joueur qui compte dans l'effectif des Red Devils, profitant également de la blessure de Giggs au mois de février pour ne plus être cantonné au banc de touche lors des matches importants, ce qu'il déplorait jusqu'alors. Longtemps, pourtant, Nani a pâti de la comparaison avec Cristiano Ronaldo avec lequel il partage origines (formé au Sporting) et qualités techniques largement au dessus de la moyenne. Si bien qu'il a rapidement été oublié que le désormais joueur du Real Madrid avait mis près de trois ans pour donner sa pleine mesure avec le maillot mancunien. Comme son glorieux ainé, Nani a eu besoin de temps pour mûrir. Pour comprendre comment mettre son talent au service du collectif. Comment épurer son jeu sans le dénaturer. "Ce club est idéal pour grandir en tant qu'homme et en tant que joueur, confirme l'intéressé. Maintenant, je me sens heureux et fort. Mais je suis toujours en phase d'apprentissage. Je n'ai que 23 ans et j'ai encore le temps de progresser."