Nancy reste dans la course

  • A
  • A
Nancy reste dans la course
Partagez sur :

Nancy a décroché une victoire capitale, jeudi soir, lors de la 6e journée de l'Euroligue. Dans un groupe A plus serré que jamais, le Sluc a battu Cantu sur le fil (76-75) derrière les 18 points de Pape-Philippe Amagou. Un succès qui permet aux Lorrains de revenir à un bilan équitable (3 victoires-3 défaites) et de rester en jeu dans l'optique du Top 16. Le déplacement à Bilbao mercredi prochain vaudra de l'or.

Nancy a décroché une victoire capitale, jeudi soir, lors de la 6e journée de l'Euroligue. Dans un groupe A plus serré que jamais, le Sluc a battu Cantu sur le fil (76-75) derrière les 18 points de Pape-Philippe Amagou. Un succès qui permet aux Lorrains de revenir à un bilan équitable (3 victoires-3 défaites) et de rester en jeu dans l'optique du Top 16. Le déplacement à Bilbao mercredi prochain vaudra de l'or. Contrat rempli pour Nancy. Quasiment condamné à battre Cantu pour espérer accéder au Top 16, le Sluc n'a pas laissé filer sa chance jeudi à domicile (76-75). Les hommes de Jean-Luc Monschau restent invaincus au Palais des Sports Jean Weille et conservent leurs chances de qualification dans un groupe A très indécis. A quatre rencontres de la fin de la phase de poule, les Lorrains possèdent autant de succès que de revers (3-3). S'ils n'ont pas rattrapé l'écart du match aller (69-80), Amagou et ses partenaires restent au contact des quatre premières places. Mais que ce match fût compliqué ! Largement en tête à la pause (45-33), les Nancéiens se sont fait peur, attendant l'ultime seconde pour valider leur victoire. Un scénario à suspense, à l'image d'une rencontre indécise. Dès le début, le Sluc est malmené face à un collectif bien en place. Les Italiens se trouvent facilement, leurs mouvements sont justes et le ballon circule bien. Tout le contraire de Nancy et ses quatre pertes de balle. Alors qu'il réclamait "un minimum d'erreurs pour s'imposer", Jean-Luc Monschau est contraint de prendre un temps mort après moins de cinq minutes de jeu. Mais Nancy réagit bien. Les Lorrains restent tout d'abord au contact, puis signent un 12-0 entre le premier et le deuxième quart-temps! Victor Samnick (11 points, 2 contres) est dans toutes les bonnes actions offensives et défensives et le Sluc prend donc le large à la pause. Mais comme au début de la partie, les Lombards sortent des vestiaires avec un meilleur rythme. Cantu y va de sa série, en collant un 12-0 aux champions de France ! Nancy essaie de mettre de la vitesse mais Leunen, Mikov et Cinciarini se déchainent à trois points. Les Italiens repassent devant à deux minutes de la fin du 3e quart et augmentent l'écart avant l'ultime période (58-64). Nancy a eu chaud ! A l'entame du money time, les Lorrains courent après le score, mais pas pour longtemps. Avec un Batum en retrait (4 points) et même relégué sur le banc à ce moment clef, Linehan, intraitable à la baguette, donne le tempo et Amagou est impeccable à la finition (18 points). Le Sluc repasse devant. La spectaculaire claquette de Moerman (8 unités) arrive au bon moment pour offrir quatre unités d'avance aux Nancéiens. A moins d'une minute du terme, Leunen (18 points) enfile son 4e trois points de la soirée pour maintenir le suspense (74-73). Cantu provoque la faute sur Shuler (12 unités) qu'il convertit sans trembler. L'ultime possession lombarde s'achèvera par un dernier panier, heureusement pour les Nancéiens non primé (76-75). Les Italiens se satisfont sans doute de ce revers minime, favorable en cas d'égalité (80-69 à l'aller). Mais Nancy prend la victoire bien volontiers, tant le scénario aurait pu mal tourner jeudi. "C'est une bonne victoire, avouait Pape-Philippe Amagou, au micro de Sport+. Nous aussi on pensait à cet écart de 11 points, c'est un peu dommage mais on s'en contente. Ils jouent bien au basket, sont collectifs, intelligents. On continue les victoires chez nous et on va essayer d'en piquer une à l'extérieur." Un succès à Bilbao mercredi prochain, par exemple, serait un pas de géant vers l'accession au Top 16 européen, après les nouvelles victoires de Vitoria (90-85 a.p. contre Fenerbahce) et l'Olympiakos (88-81 face à Bilbao).