Nancy perd déjà gros

  • A
  • A
Nancy perd déjà gros
Partagez sur :

Pour ses débuts en Euroligue, Nancy affrontait Cantu, un concurrent direct pour la qualification au Top 16. Un rendez-vous que le Sluc a mal négocié (69-80), mercredi soir lors de la première journée du tour principal, malgré les 20 points et 7 rebonds d'Akin Akingbala. Une très mauvaise opération dans le groupe A, déjà...

Pour ses débuts en Euroligue, Nancy affrontait Cantu, un concurrent direct pour la qualification au Top 16. Un rendez-vous que le Sluc a mal négocié (69-80), mercredi soir lors de la première journée du tour principal, malgré les 20 points et 7 rebonds d'Akin Akingbala. Une très mauvaise opération dans le groupe A, déjà... Rien n'est facile en Euroligue. Jamais. Encore moins pour les clubs français, qui ne brillent plus depuis au moins cinq ans dans cette compétition. Cantu, concurrent direct de Nancy dans la course à l'une des quatre premières places du groupe A qualificatives pour le Top 16, était censé être pour le Sluc l'adversaire le plus abordable. Et pourtant, le club lorrain a échoué mercredi soir, lors de la première journée de la phase de poules, à onze longueurs de cette équipe italienne (69-80), finaliste de la LegA la saison dernière. Les champions de France, qui retrouvaient l'Euroligue trois ans après, ne pouvaient donc pas plus mal démarré leur campagne européenne. Une défaite à l'extérieur n'est, en soi, pas si problématique que ça. Mais les Lorrains devront, quand ils recevront Cantu à Gentilly, combler ce gros retard pour éviter d'avoir un point-average défavorable par rapport aux Lombards. Comment expliquer ce revers ? Par un pourcentage problématique aux lancers francs (12/24 soit 50%) et un nombre de balles perdues trop important (20). Pourtant Nancy, auteur d'une bonne entame de match dans le sillage d'Adrien Moerman (21-17, 10e), a tenu le coup jusqu'à la pause, Nicolas Batum et Akin Akingbala apportant leur soutien au nouvel intérieur lorrain (44-44, 20e). Mais le Sluc a souffert au retour des vestiaires. Heureusement pour les Nancéiens que Cantu, en tête à l'issue du troisième quart (52-57, 30e), n'était pas beaucoup plus en réussite. Les Italiens auraient, sinon, fait le break plus tôt. Si Akin Akingbala (20 points, 7 rebonds) a permis aux joueurs de Jean-Luc Monschau de revenir à cinq longueurs (58-63, 33e), cela n'a pas suffi pour Nancy qui, à l'image de Nicolas Batum (13 points, 7 rebonds mais 5 balles perdues), a manqué de constance pour mettre les Transalpins en danger. C'est aussi ça, l'apprentissage du haut niveau. Le problème en Euroligue, c'est qu'une défaite aussi lourde se rattrape rarement. Andrea Cinciarini (15 points, 3 rebonds) et les siens ont, eux, réussi une bonne opération. Comme Vitoria qui, dans le sillage de Kevin Séraphin (10 points, 6 rebonds en 14 minutes), a surpris le Fenerbahçe Istanbul sur son parquet (69-66) et annonce la couleur dans cette poule. Dans le groupe D, Sienne a imposé sa loi à Kazan (79-71), Bo McCalebb ayant compilé 17 points et 4 passes décisives pour la Montepaschi. A noter enfin le succès du Galatasaray contre Gdynia (76-72), les 21 points, 3 rebonds et 4 passes de Jaka Lakovic n'étant pas étrangers à cette belle performance. Quant au Sluc, il est invité à réagir à domicile contre Bilbao. Ce n'est pas gagné non plus... Les meilleurs moments des matches de mercredi soir (vidéo Euroligue) Daily Recap par Euroleague_Basketball