Nancy, c'est reparti ?

  • A
  • A
Nancy, c'est reparti ?
Partagez sur :

A la veille du coup d'envoi de la saison en Pro A, la rédaction fait le point sur les forces en présence. Nancy, champion de France, semble suffisamment armé pour conserver son titre. Mais l'Asvel, Gravelines-Dunkerque et Chalon-sur-Saône seront de sérieux concurrents pour le Sluc. En bas de tableau, Hyères-Toulon et les deux promus, Nanterre et Dijon, auront fort à faire.

A la veille du coup d'envoi de la saison en Pro A, la rédaction fait le point sur les forces en présence. Nancy, champion de France, semble suffisamment armé pour conserver son titre. Mais l'Asvel, Gravelines-Dunkerque et Chalon-sur-Saône seront de sérieux concurrents pour le Sluc. En bas de tableau, Hyères-Toulon et les deux promus, Nanterre et Dijon, auront fort à faire. LES FAVORIS Champion de France en titre, Nancy est-il suffisamment armé pour conserver son bien ? A n'en pas douter, oui. Si Tremmell Darden et Willie Deane étaient des joueurs importants la saison dernière, leurs départs ont été bien compensés par le Sluc, qui a récupéré Nicolas Batum à l'aile pendant la durée du lock-out et Jamal Shuler à l'arrière. Deux renforts auxquels s'ajoutent ceux de Pape-Philippe Amagou et d'Adrien Moerman. Avec un tel effectif à sa disposition, Jean-Luc Monschau a tout ce qu'il faut pour aller loin. Le risque serait de se reposer trop sur l'ailier des Portland Trail Blazers, amené à retourner en NBA dans quelques semaines. Le problème est le même pour Villeurbanne, qui pourra compter sur Tony Parker. Mais le meneur de jeu des San Antonio Spurs a déjà dit qu'il voulait surtout encadrer les jeunes joueurs de l'équipe, prometteurs à l'image de Léo Westermann et Paul Lacombe. Avec Hilton Armstrong, Jamie Skeen, Dijon Thompson ou encore Phil Goss, qui ont rejoint les rangs, l'Asvel est en reconstruction. Mais peut viser haut. Gravelines-Dunkerque, qui a misé sur des recrues françaises (Andrew Albicy, Ludovic Vaty, Pape Sy, Abdoulaye Loum), a également de grandes ambitions. Quand à Chalon-sur-Saône, qui a seulement remplacé Marquez Haynes par Malcom Delaney, sa stabilité pourrait finir par payer. LES OUTSIDERS Cholet, battu en finale de Pro A par Nancy en 2010-11, sera aussi à surveiller de près, malgré une préparation compliquée. Les pertes du MVP étranger Samuel Mejia, de Vule Avdalovic et d'Antywane Robinson et de DeMarcus Nelson vont être difficiles à digérer et il faudra voir si les nouveaux (Carl Ona Embo, Robert Hite, Robert Dozier, Taylor Battle, Chandler Parsons, Derrick Byars) vont bien s'adapter. De son côté, Le Mans tentera de rebondir après une saison en demi-teinte. Taylor Rochestie, chargé d'assurer le mène le temps qu'Antoine Diot soit revenu de blessure, et Marcellus Sommerville ont amélioré l'effectif de J.D. Jackson, déjà costaud en 2010-11. Si les Sarthois sont en confiance, ils seront durs à arrêter. Pour Roanne, les playoffs sont un objectif raisonnable. Mais la Chorale aura du mal à jouer le titre. La page Ricky Davis est tournée, Alex Gordon, Alex Dunn, Pape-Philippe Amagou et Devan Downey se sont envolés avec, et Jean-Denys Choulet a tenté un pari en recrutant Andre Barrett. Ses recrues américaines (John Holland et Rick Jackson) restent des points d'interrogations. La bonne affaire est l'arrivée de Thomas Larrouquis. Auteur d'une saison poussive en 2010-11, Orléans est un peu dans le même cas. La différence est que la majorité de ses nouveaux joueurs (Yohann Sangaré, Marc-Antoine Pellin, Georgi Joseph, Brian Greene, Cedrick Banks) connait déjà la Pro A. Un avantage non négligeable pour une équipe revancharde. LES OPPORTUNISTES Avec l'arrivée aux manettes de Vincent Collet, Strasbourg espère s'éviter la même peur que la saison dernière, où il a lutté pour le maintien jusqu'au bout. Pour peu que Lavoy Allen, Kevin Anderson et Justin Harper trouvent vite leurs marques, c'est jouable. Surtout avec autour d'eux des joueurs habitués au contexte comme Abdoulaye M'Baye, Ricardo Greer, Aymeric Jeanneau ou Maxime Zianveni, qui vient d'arriver mais possède une solide expérience dans le championnat. Pour Pau-Lacq-Orthez, qui a perdu Georgi Joseph, Travon Bryant et Demetric Bennett, Paris-Levallois, qui a beaucoup misé sur Philippe Da Silva et Vincent Masingue, et Poitiers, dont l'effectif n'a presque pas bougé, difficile de les imaginer tenir la route sur l'ensemble de la saison. Mais ils seront capables de réaliser quelques coups. LES RETARDATAIRES Sacré champion de Pro B, Nanterre se pensait mal barré avec un budget très serré. Surtout après le départ de son meilleur joueur en 2010-11, Nate Carter. Mais les arrivées de Ryvon Coville, Stephen Brun et Alex Gordon ont redonné à l'effectif de la JSF une allure très correcte. Assez pour se maintenir ? Dijon, lui aussi issu de Pro B, a tenté un pari osé en donnant sa chance à Bobby Dixon, qui avait brillé au Mans avant de décevoir à Villeurbanne. Associé à Sean Marshall, il pourrait booster la JDA. Pour Le Havre, qui s'est séparé d'Abdoulaye Loum, de Yohann Sangaré et surtout de Bernard King, éviter la relégation serait une satisfaction. Ce serait un miracle pour Hyères-Toulon, qui a dû lâcher trois joueurs dont Maxime Zianveni et Alex Gordon en raison de ses problèmes financiers.