Nalbandian revit

  • A
  • A
Nalbandian revit
@ Reuters
Partagez sur :

TENNIS - L'Argentin a réussi son retour en battant Baghdatis en finale à Washington.

TENNIS - L'Argentin a réussi son retour en battant Baghdatis en finale à Washington. La semaine de David Nalbandian à Washington aura été parfaite du début à la fin. Invité à participer à l'épreuve de la capitale américaine, l'Argentin en partira un titre en poche, le onzième de sa carrière, et le moral gonflé à bloc dans l'optique de signer son retour au plus haut niveau. Seulement classé 117e joueur mondial avant de fouler les courts étasuniens, le protégé de Martin Jaite va profiter de sa renaissance américaine pour renouer avec le top 50 planétaire et occuper la 45e position du classement ATP dès lundi. Une prouesse rendue possible par six matches de haut niveau, le dernier en date contre Marcos Baghdatis, victime comme Marin Cilic, Gilles Simon, Marco Chiudinelli, Stanislas Wawrinka et Rajeev Ram avant lui de la puissance et du retour au premier plan de l'Argentin. Déjà irrésistible face à la Russie en quarts de finale de la Coupe Davis en juillet dernier, l'ancien numéro 3 mondial a brillé sur les terres de Barack Obama, breakant d'entrée le Chypriote, tête de série numéro 4 du tournoi. Après avoir annoncé la couleur dès le premier jeu, Nalbandian n'aura eu besoin que de 32 minutes pour boucler le gain de la première manche (6-2). Un premier succès depuis janvier 2009 Bien parti pour offrir une nouvelle démonstration, quelques heures après avoir étouffé Cilic en demies (6-2, 6-2), l'Argentin bute alors sur la réaction d'orgueil de son adversaire du jour, auteur d'un break pour entamer le deuxième set. Une manche qui vire au marathon pour deux hommes qui se rendent coup pour coup alors que les débats s'équilibrent. Mais voilà, le Nalbandian nouveau a des ressources mentales et, après avoir écarté 6 balles de break pour égaliser à 2 jeux partout, le natif de Cordoba se montre le plus costaud dans un jeu décisif qu'il remporte 7 points à 4. Un tie-break victorieux synonyme de résurrection pour celui qui n'avait plus goûté aux joies de la victoire depuis le tournoi de Sydney en janvier 2009 et qui effectuait sa rentrée, écarté du circuit depuis la mi-avril et une déchirure à la cuisse. Déjà brillant à Moscou le mois dernier, Nalbandian a confirmé lors de ce Legg Mason Tennis Classic qu'à 28 ans, sa carrière était loin d'être terminée. Les Français, futurs adversaires de l'Argentine en Coupe Davis, sont prévenus.