Nadal surclasse Murray

  • A
  • A
Nadal surclasse Murray
@ Reuters
Partagez sur :

WIMBLEDON - Vainqueur de Murray (6-4, 7-6, 6-4), l'Espagnol affrontera Berdych en finale.

WIMBLEDON - Vainqueur de Murray (6-4, 7-6, 6-4), l'Espagnol affrontera Berdych en finale. Il y a un an, Rafael Nadal se morfondait à Majorque, obligé de renoncer à la défense de son titre en raison de genoux endoloris. Un repos forcé comme une punition mais tellement nécessaire. Douze mois plus tard, l'Espagnol a retrouvé avec bonheur un jardin qui ressemble de plus en plus au sien. Invaincu à Wimbledon depuis sa finale perdue contre Roger Federer en 2007, le n°1 mondial vient d'enchaîner un treizième succès consécutif sur le gazon londonien en brisant le rêve de gloire d'Andy Murray. Nadal, vainqueur ce vendredi de l'Ecossais en quatre manches (6-3, 7-6, 4-6, 6-2), s'est donc qualifié pour sa quatrième finale d'affilée au All England Club. Il visera un huitième titre en Grand Chelem, le deuxième à Londres. Murray, lui, devra encore patienter pour enfin décrocher son Graal, tout comme le public britannique qui n'a pas vu un de ses représentants en finale depuis Henry Austin en 1938 et un vainqueur depuis Fred Perry en 1936. La presse anglaise, déçue par la performance de l'équipe nationale de football au Mondial sud-africain, avait reporté toutes ses espérances sportives sur le n°4 mondial. L'Ecossais avait des raisons d'y croire, de penser que 2010 serait son année, surtout après l'élimination de Federer en quarts de finale. Et depuis le début de la quinzaine, tous les voyants étaient au vert: un set seul perdu sur la route des demi-finales (contre Tsonga en quarts), il est celui des quatre rescapés qui a passé le moins de temps sur le court. Mais la présence de David Beckham en tribunes n'y a rien changé. Nadal était bien le plus fort. Nadal: "la sensation d'avoir battu l'un des meilleurs du monde" Dans leurs confrontations directes, le Majorquin menait 7-3 avant la rencontre, mais Murray avait remporté leurs deux derniers matches en Grand Chelem (demi-finale de l'US Open 2008 et quart de finale de l'Open d'Australie 2010). C'était avant la série victorieuse de Nadal entamée sur terre battue avec des titres à Monte-Carlo, Rome, Madrid et Roland-Garros. En pleine confiance, malgré quelques frayeurs lors des tours précédents, le protégé de Toni Nadal envoyait un signe fort à son adversaire en lui ravissant son service à sa première occasion (4-2). Suffisant pour remporter le premier set (6-4), d'autant que l'Espagnol n'avait aucune balle de break à défendre. La première alerte intervenait au milieu de la deuxième manche, lorsque Murray, plus agressif, se procurait ses deux premières occasions de prendre le service adverse. L'Ecossais regrettera peut-être longtemps ce vilain retour dans le milieu du filet. Le jeu décisif décidait finalement de l'issue du set, que beaucoup croyait favorable à Murray, surtout après la double faute de Nadal qui offrait une balle pour égaliser à une manche partout. Mais l'Espagnol montait à la charge et venait conclure le point d'une volée croisée déposée derrière le filet. Le filet jouait d'ailleurs des tours au n°4 mondial puisqu'un passing croisé de Nadal frôlait la bandelette blanche et évitait Murray, pourtant sur la trajectoire. Sur la balle de set, le Majorquin ne se ratait pas (7-6). Le break réalisé par l'Ecossais dès l'entame du troisième set (2-0) relançait les espoirs du public britannique. Mais Nadal y croyait plus que tout le monde et, légèrement en difficulté à 4-2 pour Murray, remportait les quatre jeux suivants (6-4). Une fin en queue de poisson pour le chouchou du public. "C'était un très bon match pour moi. Vous savez, pour battre Andy, il faut jouer son meilleur tennis. Aujourd'hui, j'ai la sensation d'avoir battu l'un des meilleurs au monde. C'est vrai que mon expérience m'aide énormément à gérer les points importants. Vous savez, tous les tournois que j'ai gagnés sur terre battue me sont d'une aide précieuse ici aussi", a reconnu Nadal à la sortie du court. Contre Berdych, ce sera peut-être une autre histoire...