Nadal, service compris

  • A
  • A
Nadal, service compris
Partagez sur :

TENNIS - Rafael Nadal s'est qualifié vendredi pour les demi-finales du tournoi de Bangkok.

Sans trembler, Rafael Nadal s'est qualifié ce vendredi pour les demi-finales du tournoi de Bangkok en battant le Russe Kukushkin (6-2, 6-3). Le n°1 mondial démontre à chacune de ses sorties d'énormes progrès réalisés au service, grâce à un gros travail effectué avec son oncle Toni. Ce qui ménage son physique soumis à rude épreuve depuis le début de sa carrière. Rafael Nadal est en démonstration à Bangkok. Le numéro un mondial enchaîne cérémonies et visites dignes d'un chef d'état depuis son arrivée en Thaïlande. Tout cet apparat ne l'empêche pas d'exercer une pleine autorité sur le court. Après le modeste belge Bemelmans (6-1, 6-4) pour son entrée en lice, l'Espagnol a facilement franchi ce vendredi l'obstacle russe Kukushkin (6-2, 6-3) pour décrocher son billet pour les demi-finales. Statistique qui mérite d'être soulignée: au cours de ce dernier match, Nadal n'a perdu que trois points derrière sa première balle. Ce qui confirme les énormes progrès qu'il a réalisés dans ce secteur, l'une des clés de son premier succès à l'US Open il y a quelques semaines. Son jeu très exigeant d'un point de vue physique l'a obligé à mener une réflexion avec son entraîneur Toni Nadal. Et pour éviter de trop tirer sur son organisme, ses genoux notamment qui lui ont causé tant de problèmes par le passé, le Majorquin a travaillé d'arrache-pied pour améliorer sa mise en jeu. Tout cela dans le but de devenir redoutable sur dur. Avec succès faut-il le rappeler. Fini le tennis pourcentage et les deuxièmes balles en guise de cadeau pour un cogneur du fond de court. Place désormais à des missiles claqués régulièrement à plus de 200 km/h. Le déclic ? Jack Nicklaus. Le fameux golfeur a inspiré Nadal, comme l'a révélé son oncle sur ABC: "J'ai vu une vidéo de Jack Nicklaus qui a totalement changé ma vision des choses. Il y disait: 'En premier frappe loin, ensuite on pensera à mettre la balle dedans.' Alors je me suis dit qu'il devait avoir raison et je l'ai appliqué à Rafael. D'abord frappe fort et ensuite on pensera à mettre la balle dedans." En recherche constante de progrès, il le rappelle souvent dans ses interviews, le Majorquin a franchi un nouveau palier cet été. Toujours à force de travail et d'abnégation. "Soit vous avez du talent, soit vous n'en avez pas. Mais ce qui fait la différence c'est le fait de travailler dur. Depuis qu'il est enfant, j'ai imposé un but à long terme à Rafa: devenir un grand professionnel. Dans la vie, vous devez espérer bien en avance", a précisé Toni Nadal. En avance, l'Espagnol de 24 ans l'est justement dans les temps de passage des records (au même âge, Federer ne comptait "que" cinq titres en Grand Chelem contre neuf pour Rafa). S'il parvient à ménager son physique et devenir aussi régulier que le Federer de la grande époque, l'ère Nadal n'est pas prête de s'achever.