Nadal se loupe

  • A
  • A
Nadal se loupe
@ Reuters
Partagez sur :

TENNIS - Rafael Nadal a échoué en quart de finale à Cincinnati.

TENNIS - Rafael Nadal a échoué en quart de finale à Cincinnati. Pas de repeat pour le Big Four. Comme à Toronto la semaine passée, les quatre meilleurs joueurs du monde avaient l'occasion à Cincinnati de squatter à nouveau le dernier carré d'un Masters 1000. Mais la marche était visiblement un peu haute, à 10 jours de l'US Open, et les prétendants nombreux. Et après Novak Djokovic et Andy Murray, victimes d'Andy Roddick et Mardy Fish vendredi soir, c'était au tour de Rafael Nadal de céder dans la nuit de l'Ohio face à la fougue de Marcos Baghdatis (6-4, 4-6, 6-4), laissant Federer un peu seul dans l'arène. Passé proche de la correctionnelle face à Benneteau en huitièmes (une balle de match sauvée), Nadal n'y a cette fois-ci pas échappé face au glouton Marcos Baghdatis, qui après sa finale perdue à Washington, et une défaite frustrante face à Jérémy Chardy à Toronto, s'est vengé à Cincinnati, en "avalant" tour-à-tour Marin Cilic, Thomaz Bellucci et Tomas Berdych avant le n°1 mondial. Et le Chypriote a encore faim. Son niveau de jeu, notamment au service (87% de premières balles !), lui autorise cet appétit. "J'ai plutôt bien servi, expliquait-il après sa première victoire en sept confrontations face au Majorquin. J'étais plus agressif. Je savais qu'il ne me donnerait pas, alors je suis allé le chercher." Nadal, de son côté, était déjà tourné vers l'avenir. Recordman de victoires en Masters 1000 (18), l'Espagnol lorgne désormais vers l'US Open, le seul tournoi du Grand Chelem sur lequel il n'a jamais vraiment brillé. Loin du compte face à Andy Murray à Toronto, Nadal n'a toujours pas convaincu. Mais il en est conscient. "Je peux améliorer mon jeu, c'est certain, reconnaissait-il après coup. Je dois améliorer mon jeu si je veux avoir mes chances à New York." A ce titre, une confrontation avec Federer, qui eut été une première en demi-finale (hors-Masters Cup) depuis Roland-Garros 2005, aurait fait figure de sacré test. Federer: "C'est une nouvelle bonne année pour moi" De son côté, le Suisse avance pas-à-pas. En quêtes de repères et de certitudes, Federer a vaincu un début de série noire face à Nikolay Davydenko (2 défaites après 13 victoires de rang). En jouant "plutôt bien", selon lui, vu le début de semaine particulier qu'il a vécu (7 jeux disputés contre Istomin et Kohlschreiber). Si la régularité lui fait encore défaut, le n°2 mondial est toujours capable de fulgurances, comme de passer d'une double balle de break contre lui (4-4, 15-40), à un match presque déjà plié en sa faveur. "J'ai eu dix bonnes minutes et tout d'un coup je me suis retrouvé à 6-4, 2-0. Parfois, vous ne savez pas ce qui se passe, mais vous menez au score. C'est comme ça", a sobrement commenté un Federer qui n'oublie certainement pas que Davydenko l'a poussé à batailler dans une deuxième manche remportée 7-5, à l'arraché. "C'est une nouvelle bonne année pour moi à Cincinnati", a reconnu le tenant du titre, en quête – seulement – d'un deuxième trophée après l'Open d'Australie en janvier. Mais il reste encore deux sérieux échelons à gravir pour Federer. A commencer par celui nommé Marcos Baghdatis.