Nadal sans sourciller

  • A
  • A
Nadal sans sourciller
Partagez sur :

Invaincu sur terre battue depuis juin 2009, Rafael Nadal a parfaitement négocié son premier match de la saison sur sa surface fétiche. Au 2e tour du Masters 1000 de Monte-Carlo, le n°1 mondial s'est imposé contre le Finlandais Jarkko Nieminen (6-2, 6-2), et rejoint Richard Gasquet en huitièmes de finale. Côté français, Gaël Monfils et Gilles Simon seront également au 3e tour.

Invaincu sur terre battue depuis juin 2009, Rafael Nadal a parfaitement négocié son premier match de la saison sur sa surface fétiche. Au 2e tour du Masters 1000 de Monte-Carlo, le n°1 mondial s'est imposé contre le Finlandais Jarkko Nieminen (6-2, 6-2), et rejoint Richard Gasquet en huitièmes de finale. Côté français, Gaël Monfils et Gilles Simon seront également au 3e tour. Pour les rares qui s'inquiétaient pour Rafael Nadal, après ses défaites en finale à Indian Wells et Miami face à Novak Djokovic, le n°1 mondial va bien, merci pour lui. Et à vrai dire, on se demande comment il pourrait en être autrement puisque l'Espagnol démarrait ce mercredi sa saison de terre battue, sur laquelle il est invaincu depuis son quart de finale perdu contre Robin Söderling à Roland-Garros en 2009. Sous le soleil, le sextuple tenant du titre a entamé sans souci la défense de ses couronnes à Monte-Carlo. L'Espagnol, qui n'a perdu qu'une seule fois en Principauté, en 2003 contre Guillermo Coria, a aligné un 33e succès de rang sur le Rocher aux dépens de Jarkko Nieminen. Le Finlandais n'a jamais battu Nadal, en six confrontations désormais, et n'a évidemment pas pesé bien lourd face à l'ogre Nadal (6-2, 6-2). Pourtant, s'il n'a marqué que quatre jeux, on jurerait que Nieminen, 59e joueur mondial, a réalisé un bon match ce mercredi. Plusieurs fois, on l'a vu jouer très juste, être bien installé dans l'échange, avant de céder face à la formidable défense du Majorquin. Très en jambes, malgré un service pas encore à son maximum, Nadal s'est fait un plaisir de pilonner son adversaire de coups droits pour démolir le Finlandais en un peu plus d'une heure (1h09'). "Je me suis senti de mieux en mieux au fil du match", a expliqué l'Espagnol à sa sortie du court. Le n°1 mondial est reparti grosso modo sur le même rythme que l'an passé, lorsqu'il n'avait concédé que 14 jeux en 5 matches à Monte-Carlo, dont un seul en finale contre Verdasco (6-0, 6-1 !). Son prochain adversaire, Richard Gasquet, sait à quoi s'attendre.