Nadal s'est fait peur

  • A
  • A
Nadal s'est fait peur
Partagez sur :

Opposé à Ivo Karlovic en quarts de finale du Masters 1 000 d'Indian Wells, Rafael Nadal a frisé jeudi la correctionnelle en ne s'imposant qu'au jeu décisif du troisième set (5-7, 6-1, 7-6 7) après près de 2h30 de combat. Des efforts qui pourraient lui coûter à l'occasion de sa demi-finale à venir face au revenant Juan Martin Del Potro.

Opposé à Ivo Karlovic en quarts de finale du Masters 1 000 d'Indian Wells, Rafael Nadal a frisé jeudi la correctionnelle en ne s'imposant qu'au jeu décisif du troisième set (5-7, 6-1, 7-6 7) après près de 2h30 de combat. Des efforts qui pourraient lui coûter à l'occasion de sa demi-finale à venir face au revenant Juan Martin Del Potro. Un Rafael Nadal poussé dans ses derniers retranchements par le 205e mondial, voilà qui sort de l'ordinaire. Et c'est pourtant la performance accomplie la nuit dernière, à Indian Wells, par le vétéran Ivo Karlovic (32 ans), passé tout près de l'exploit face à un n°1 mondial, vainqueur à l'arraché (5-7, 6-1, 7-6 [7]). De retour d'une blessure au tendon d'Achille, qui l'aura éloigné six mois des courts en 2010, l'ancien 14e joueur mondial appréciait la performance entre le regret d'avoir tutoyé l'impossible et la satisfaction d'un retour au premier plan en Floride, marqué notamment par une victoire au tour précédent face à un autre Espagnol, membre du Top 10, David Ferrer (n°6): Sur l'instant, je suis un peu déçu parce que c'était si près ; ça ne se joue qu'à deux points. Mais l'un dans l'autre, c'était une belle semaine pour moi. Qui lui vaudra un joli bond au classement ATP dès lundi... Le géant croate (2,08m) qui, dès la première manche, créait la surprise en breakant Nadal sur un jeu blanc parfait à 6 jeux à 5 avant de remporter cette première manche sur sa seconde balle de set, non sans avoir au passage refuser à l'Espagnol une balle de six jeux partout, synonyme de premier tie-break. Karlovic faisait la course en tête et c'était déjà en soi un petit exploit, qui tournait vite au vinaigre quand Nadal, vexé, se déchaînait dans la deuxième manche pour briser cet engagement, dont son adversaire reste si cruellement dépendant -seulement 2 aces dans le 2e set contre 10 dans chacune des deux autres manches- et mener 5 jeux à 0. La réaction du n°1 mondial était telle que Karlovic évitait de justesse, en sauvant deux nouvelles balles de break, de concéder sa première roue de bicyclette depuis le tournoi d'Indianapolis en 2004... Nadal: "J'étais vraiment nerveux..." On imaginait dès lors Nadal dérouler pour conclure en douceur. C'était mal connaître Karlovic, qui en même temps qu'il servait à nouveau le plomb, refusait d'abdiquer. Un entêtement qui conduisait les deux hommes vers un jeu décisif dans lequel Nadal s'échappait (5-2), avant de concéder trois points de rang, dont un 23e ace pour le Croate, qui finissait par céder sur la troisième balle de match de l'Ibère. "Vous perdez un set contre Ivo et vous êtes sous pression pour le reste du match, soulignait Nadal, cité par le site de l'ATP, à sa sortie du court, pas mécontent de s'être sorti de ce mauvais pas. Au premier set, j'ai mieux joué qu'Ivo, mais il a sorti un jeu incroyable à 5-5 pour me breaker, ensuite, j'ai fait un deuxième set fantastique comme je n'en ai jamais joué au retour. Et dans la troisième manche, j'ai manqué de chances, les services d'Ivo étaient absolument inarrêtables. Et d'avouer: Dans le jeu décisif, j'étais vraiment nerveux. Je crois que j'ai retournée de manière fantastique, mais je ne mettais pas une première balle dans le court, d'où ma nervosité." Qui ne l'empêchera donc pas de disputer une sixième demi-finale à Indian Wells. Pour sûr, c'est une victoire très importante pour moi. Revenir en demi-finales ici après un mois sans compétition, c'est une excellente nouvelle pour moi, appréciait le boss du circuit de retour après une déchirure musculaire à la cuisse gauche. Un Nadal qui n'en a pas fini avec les serveurs taille XXL puisque se dresse devant lui désormais Juan Martin Del Potro. L'ancien n°4 mondial qui quelques heures plus tôt avait bénéficié quant à lui du forfait de l'Espagnol Tommy Robredo, victime d'une blessure aux adducteurs contractée la veille à la fin de son huitième de finale face à Sam Querrey. De quoi s'offrir deux jours de repos complets avant de défier Nadal, qui s'il mène 4 victoires à 3 face à l'Argentin, reste sur trois revers de rang face au Gaucho, dont une claque (6-2, 6-2, 6-2) en demi-finales de l'US Open 2009. "C'est l'un des meilleurs mondiaux, à coup sûr, assure Nadal en connaissance de cause. Il revient après quasiment un an sans jouer. Quand vous traversez des situations difficiles comme celles-là, et que vous revenez et que vous commencez à gagner, vous êtes plus fort qu'auparavant parce que vous avec la motivation pour rattraper le temps perdu durant toute une année." Autant dire que ça promet !