Nadal, même pas mal...

  • A
  • A
Nadal, même pas mal...
Partagez sur :

Pari perdu. Alors que Guy Forget avait lancé Richard Gasquet à l'assaut de Rafael Nadal, vendredi à Cordoue en ouverture de la demi-finale de Coupe Davis entre l'Espagne et la France - misant sur une possible fatigue du roi de la terre - le n°1 espagnol a tenu son rang, écoeurant le Biterrois en trois sets (6-3, 6-0, 6-1) pour décrocher le premier point. A Gilles Simon de tenter de corriger le tir face à David Ferrer.

Pari perdu. Alors que Guy Forget avait lancé Richard Gasquet à l'assaut de Rafael Nadal, vendredi à Cordoue en ouverture de la demi-finale de Coupe Davis entre l'Espagne et la France - misant sur une possible fatigue du roi de la terre - le n°1 espagnol a tenu son rang, écoeurant le Biterrois en trois sets (6-3, 6-0, 6-1) pour décrocher le premier point. A Gilles Simon de tenter de corriger le tir face à David Ferrer. Rafael Nadal ? En pleine forme, merci pour lui ! Demandez donc à Richard Gasquet s'il a trouvé l'Espagnol fatigué,s moins de quatre jours après sa défaite en finale de l'US Open face à Novak Djokovic. La réponse en chiffres: 6-3, 6-0, 6-1 en à peine plus de deux heures. N'en jetez plus, l'"extraterrien" est un extraterrestre. "Il est dur au mal", confiait son grand ami Gasquet à la veille du premier match de cette demi-finale de Coupe Davis, entre l'Espagne et la France à Cordoue. Le Biterrois a encore payé de sa personne pour s'en rendre compte. Propulsé à l'assaut du roi de la terre, pour préserver Jo-Wilfried Tsonga en vue du double et avec l'idée de le chatouiller (ou du moins de le fatiguer pour la suite du week-end), le Français a reçu les "bourre-pif" de l'Espagnol en retour. Un break d'entrée, un deuxième à 5-3, et la première manche était déjà dans la poche du "Taureau de Manacor" (6-3). Le début du calvaire pour Gasquet qui, jusque-là, avait tenté d'agresser son adversaire, en essayant de suivre l'exemple de Djokovic. Mais n'est pas n°1 mondial qui veut. La preuve, le protégé de Riccardo Piatti ne se procurera pas la moindre balle de break sur le service de l'Espagnol. Pire, il ne gagne pas un seul point dans la deuxième manche sur l'engagement de son adversaire. Lequel convertit à l'inverse trois de ses sept balles de break, pour signer un 6-0 sans appel. Gasquet, qui voulait réussir un grand match et essayer de se faire plaisir, est sonné. K.-O. debout. Incapable de réagir et d'abréger l'échange, le seul moyen selon lui d'avoir une chance. Pris par la première balle du Majorquin (21% de points gagnés en retour), le Français ne parvient pas à s'installer dans l'échange, subissant les rafales - en coup droit (21 coups gagnants) comme en retour (10 coups gagnants) - de Nadal. Après deux heures et six petites minutes de jeu, ce dernier finit d'achever sa proie dans les arènes de Cordoue (6-1). Qu'on se le dise, le n°2 mondial tient la forme. Et c'est ailleurs que la France devra aller chercher les trois points de l'exploit.