Nadal, en trompe-l'oeil

  • A
  • A
Nadal, en trompe-l'oeil
Partagez sur :

Vainqueur dans la douleur de Roddick pour son entrée en lice, Rafael Nadal s'est imposé avec une marge beaucoup plus importante face à Djokovic (7-5, 6-2), pour sa deuxième rencontre dans le Masters. Mais le match a été faussé par les nombreux appels au kiné du Serbe, en délicatesse avec ses lentilles de contact. Ce qui a eu le don d'agacer Nadal...

Vainqueur dans la douleur de Roddick pour son entrée en lice, Rafael Nadal s'est imposé avec une marge beaucoup plus importante face à Djokovic (7-5, 6-2), pour sa deuxième rencontre dans le Masters. Mais le match a été faussé par les nombreux appels au kiné du Serbe, en délicatesse avec ses lentilles de contact. Ce qui a eu le don d'agacer Nadal... Il faudra attendre encore un peu pour en savoir vraiment plus sur les possibilités de Rafael Nadal de briller en indoor, voire, accessoirement, d'ajouter le Masters à sa collection de titres. Pourtant, son adversaire du jour, Novak Djokovic, avait tout de l'adversaire idéal pour s'étalonner. Mais de match, il n'y en a eu que pendant un set, tout au plus, avant que le Serbe ne commence à être handicapé par un problème de lentilles de contact. Un épisode de plus qui ne va pas arranger la réputation du « Djoker », chargée en incidents médicaux. Et qui n'a pas du tout fait rire Rafael Nadal, qui se consolera probablement avec une victoire en deux sets (7-5, 6-2), et une qualification pour les demies en bonne voie. Il pourra ensuite retenir un premier set de haute volée. Face au vainqueur 2008, Nadal a été au niveau, et même bien plus que cela. Qui se souvient du regard noir, emprunt de doute, sur le visage de l'Espagnol il y a un an, quand il avait traversé le Masters comme une ombre (trois lourdes défaites), a immédiatement vu la différence avec ce Nadal-là, au regard de « killer ». Il fallait cela pour contrer un Djokovic, qui avait écoeuré Berdych lundi, et qui avait une petite envie de revanche après une finale perdue à l'US Open contre le n°1 mondial. Le premier set se résumera à de longs échanges, intenses, disputés. Un combat haletant, duquel l'Espagnol est sorti vainqueur, non sans que le match ait pu tourner dans un sens ou dans l'autre (7-5, 1h15 de jeu et 11 balles de break pour les deux hommes). La suite ? Peu de jeu, des fautes. Gêné par une de ses lentilles de contact, Djokovic a fait appel au kiné à 4-4 dans la première manche. Puis il est retourné au vestiaire, entre les deux manches, laissant par deux fois Nadal en plan. Situation surréaliste que de voir le meilleur joueur du monde faire le piquet en attendant son adversaire. La deuxième coupure aura le don d'agacer le Majorquin, pourtant peu habitué à sortir de sa réserve. Il ira alors faire les cent pas dans l'ombre des projecteurs, ruminer sa colère. Dès lors, il n'y aura plus qu'un homme sur le court, au propre comme au figuré (4-0, puis 6-2). Tout semblera aller mieux, heureusement, lors de la poignée de mains finale. Nadal devra défendre sa première place contre Berdych vendredi. Djokovic, lui, aura certainement récupéré avant d'affronter Roddick.