Nadal en roue libre

  • A
  • A
Nadal en roue libre
Partagez sur :

Numéro un mondial, Rafael Nadal n'a pas eu besoin de forcer son talent pour passer le premier tour de l'Open d'Australie. L'Espagnol s'est imposé contre Marcos Daniel sur abandon et après seulement... 47 minutes, alors qu'il avait remporté les onze premiers jeux du match (6-0, 5-0 ab.). Fortunes diverses pour les Français, Alizé Cornet ayant fait mieux que Jérémy Chardy et Florent Serra.

Numéro un mondial, Rafael Nadal n'a pas eu besoin de forcer son talent pour passer le premier tour de l'Open d'Australie. L'Espagnol s'est imposé contre Marcos Daniel sur abandon et après seulement... 47 minutes, alors qu'il avait remporté les onze premiers jeux du match (6-0, 5-0 ab.). Fortunes diverses pour les Français, Alizé Cornet ayant fait mieux que Jérémy Chardy et Florent Serra. LA PHRASE Signée Rafael Nadal Même si son adversaire n'était pas ce que l'on peut appeler un gros bras du circuit, l'entrée en lice de Rafael Nadal à l'Open d'Australie était très attendue ce mardi. Beaucoup de patience pour pas grand-chose puisque l'Espagnol, qui vise à Melbourne la conquête d'un quatrième titre du Grand Chelem d'affilée, n'a joué que... 47 petites minutes contre le méconnu Brésilien Marcos Daniel, touché au genou et contraint à l'abandon en toute fin de deuxième set. Un forfait qui, de toute façon, n'a rien changé. Car le match était déjà plié, le Majorquin ayant aligné les onze premiers jeux (6-0, 5-0, ab.). "C'est difficile de dire si j'ai bien joué ou pas, a-t-il déclaré. J'ai réussi de jolis coups, mais mon service peut être meilleur. C'est le seul point que je peux améliorer. Bien sûr, je peux être meilleur dans tous les domaines mais c'est au service que je dois travailler plus encore pour être performant. Après, que ce soit en revers ou en coup droit, c'était bien." Et court. LES BLEUS DE MELBOURNE Nouvelle déconvenue pour Chardy Jérémy Chardy n'y arrive plus. Le Français est à nouveau passé au travers à l'occasion du premier tour de ce premier Grand Chelem de la saison, cette fois face au jeune Australien Bernard Tomic, facile vainqueur du Palois en trois sets (6-3, 6-2, 7-6). Même déception pour Florent Serra, éliminé par l'Américain John Isner (6-3, 7-6, 6-3), et Vincent Millot qui, issu des qualifications, s'est arrêté ce mardi lors de son entrée en lice dans le tableau final. Pour sa première apparition dans un Majeur, le récent vainqueur du challenger de Noumea n'a rien pu faire face à l'Autrichien Jurgen Melzer (6-2, 6-4, 6-2). La satisfaction du côté des Bleus est venue des filles, avec Alizé Cornet et Caroline Garcia (voir plus bas). Si elle n'a pas réussi à laisser son adversaire fanny comme sa compatriote Marion Bartoli la veille, la Niçoise a passé un premier tour des plus tranquilles, ne concédant que trois jeux à la jeune Américaine Coco Vandeweghe (6-2, 6-1). Opposée à l'Israélienne Shahar Peer, tête de série n°10, Mathilde Johansson n'a elle pas fait le fait le poids, son adversaire s'étant baladée en deux manches très sèches (6-1, 6-1). LA PERF' DU JOUR L'exploit de Caroline Garcia Sacrée performance réalisée par Caroline Garcia, qui a su profiter à fond de sa wild-card pour se hisser au deuxième tour de l'Open d'Australie. Le jeune joueuse tricolore, seulement 275e mondiale, ne s'est pas laissée envahir par la pression et le stress face à Varvara Lepchenko, pour ce qui était le premier match de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem. La native de Saint-Germain-en-Laye, 17 ans, s'est imposée en trois sets contre l'Américaine (7-5, 4-6, 6-3), elle classée 76e à la WTA, en faisant preuve d'une grosse force mentale, notamment dans la dernière manche. Cette victoire lui permettra d'affronter la Japonaise Ayumi Morita lors de son prochain match. Une jolie récompense. LA STAT Dinara Safina, 16 points c'est tout... Duel d'anciennes numéro une mondiales, le match entre Kim Clijsters et Dinara Safina semblait prometteur sur le papier, surtout pour un premier tour de Grand Chelem. Il l'a été nettement moins sur le court. La Russe, sur le déclin depuis qu'elle a quitté le trône du classement WTA, n'a quasiment pas existé, dévorée par la Belge en deux manches nettes et sans bavure (6-0, 6-0). Le "quasiment" tient en seulement seize points inscrits lors des douze jeux de la rencontre par la soeur de Marat Safin, ou plutôt son ombre. Un régal pour son adversaire flamande, qui a réglé l'affaire en 44 minutes. C'était bien assez.