Nadal a tant à perdre...

  • A
  • A
Nadal a tant à perdre...
Partagez sur :

Avec la doublette Indian Wells-Miami qui débute jeudi et s'étend sur quatre semaines, c'est une période cruciale qui s'ouvre pour Rafael Nadal. En l'espace de quatre mois, l'Espagnol doit défendre une montagne de points ATP dont ceux acquis l'an dernier lors de ses titres à Monte-Carlo, Rome, Madrid, Roland-Garros et Wimbledon. En Californie, où il fut demi-finaliste en 2010, le n°1 mondial se retrouve dans la même partie de tableau que Söderling, Murray et Tsonga.

Avec la doublette Indian Wells-Miami qui débute jeudi et s'étend sur quatre semaines, c'est une période cruciale qui s'ouvre pour Rafael Nadal. En l'espace de quatre mois, l'Espagnol doit défendre une montagne de points ATP dont ceux acquis l'an dernier lors de ses titres à Monte-Carlo, Rome, Madrid, Roland-Garros et Wimbledon. En Californie, où il fut demi-finaliste en 2010, le n°1 mondial se retrouve dans la même partie de tableau que Söderling, Murray et Tsonga. Rafael Nadal n'a plus joué de tournoi depuis l'Open d'Australie, où il fut stoppé par David Ferrer en quarts de finale, diminué par des douleurs aux ischio-jambiers. Comme la plupart des cadors, le mois de février lui a surtout servi à recharger les accus et peaufiner quelques petits réglages avant de replonger dans le rythme infernal du calendrier ATP. Mais avant de retrouver les courts cette semaine dans un dessein purement personnel, le Majorquin a fait son retour en Coupe Davis le week-end dernier, à Charleroi, où il a joué et gagné deux simples, dont un sans enjeu face à Olivier Rochus le dimanche. A croire que la compétition lui manque. Surtout, Nadal sait qu'il s'apprête à entamer sa partie de saison la plus chargée. Après Indian Wells et Miami, les deux premiers Masters 1000 de l'année qui s'étendent jusqu'à début avril, le meilleur joueur du monde mettra le cap sur la terre battue qu'il adore. Et cette année, son programme sur l'ocre frôle la démence puisqu'il a ajouté le tournoi de Barcelone à ceux de Monte-Carlo, Rome, Madrid et Roland-Garros. Le Majorquin va donc devoir tenir la forme d'autant plus qu'il va défendre d'ici début juillet, date de la fin de Wimbledon, près de 8000 de ses 12 390 points ATP ! Face à Tsonga en huitièmes ? Vainqueur en 2010 à Monte-Carlo, Rome, Madrid, Roland-Garros et Londres, demi-finaliste à Indian Wells et Miami, et quart-de-finaliste au Queen's, l'Espagnol n'a que peu de chances de faire aussi bien cette saison. La moindre blessure voire coup de moins bien pourrait aussi lui être très préjudiciable au classement où il compte quand même 4 425 points d'avance sur Federer, son premier dauphin. Son rival suisse qu'il a d'ailleurs retrouvé en début de semaine à Eugene dans le cadre d'une partie de bienfaisance disputée sur un set qu'il a remporté (7-5). Pour les choses sérieuses il faudra attendre ce week-end quand les têtes de série, dont il est évidemment la mieux classée, feront leur entrée au deuxième tour. Pour ses débuts, "Rafa" n'est pas à plaindre puisqu'il fera face soit à son compatriote Riba (72e mondial) soit à un joueur issu des qualifications. La suite la plus probable ? Un deuxième match contre Monaco, un huitième de finale face à Tsonga, un quart contre son bourreau de Melbourne Ferrer pour enfin retrouver Murray ou Söderling dans le dernier carré, Federer et Djokovic occupant l'autre moitié du tableau. Un menu qui, s'il va jusqu'au bout, pourrait se révéler bien copieux. Mais après plusieurs semaines passées loin du circuit, Nadal ne manque pas d'appétit.