Mystères et boules de gomme à Monaco

  • A
  • A
Mystères et boules de gomme à Monaco
Partagez sur :

Les nouveaux pneus Pirelli, fournisseur exclusif de la F1 depuis le début de saison, n'en finissent plus de bouleverser les Grand Prix. Après l'usure à gérer des tendres puis l'introduction de pneus super durs à Barcelone, la marque italienne introduira ce week-end à Monaco des gommes super tendres hyper performantes mais à l'usure ultra rapide. Les ingénieurs vont devoir encore se creuser les méninges pour trouver la bonne stratégie à adopter...

Les nouveaux pneus Pirelli, fournisseur exclusif de la F1 depuis le début de saison, n'en finissent plus de bouleverser les Grand Prix. Après l'usure à gérer des tendres puis l'introduction de pneus super durs à Barcelone, la marque italienne introduira ce week-end à Monaco des gommes super tendres hyper performantes mais à l'usure ultra rapide. Les ingénieurs vont devoir encore se creuser les méninges pour trouver la bonne stratégie à adopter... Ils seront l'une des attractions de ce Grand Prix de Monaco... Les verra t-on dès jeudi avec le début des essais libres, traditionnellement plus précoces en Principauté que les autres (avec une pause le vendredi) ? Non, nous n'évoquons pas les habituelles stars de la jet-set, toujours présentes en nombre sur le Rocher ce fameux week-end de la fin mai, mais ces pneus à ornement rouge, annoncés par Pirelli mardi et qui risquent d'apporter encore un peu plus d'imprévus sur un Grand Prix toujours spectaculaire. Ces PZero Red apparaitront pour la première fois de la saison en Principauté, associés aux tendres (PZero Yellow à ornement jaune), vus depuis l'entame en Australie. Cette fois donc, les écuries ne pourront chausser les pneus durs (PZero Silver à ornement argenté), habituellement choisi en milieu de course pour les relais les plus longs... quand la performance était au rendez-vous. Ce qui n'était pas forcément le cas à Barcelone le week-end dernier où Lewis Hamilton a sévèrement tancé ces gommes difficiles à faire chauffer et dont l'optimisation de la performance représente un véritable défi. Le pilote McLaren avait parlé de "désastre" vendredi avant d'être sérieusement rattrapé par son écurie et de corriger dimanche: "Euh, je plaisantais, Pirelli a vraiment fait du boulot incroyable. Je faisais référence à l'équilibre de l'auto", corrigeait t-il dans des propos repris par Autosport... Ou l'art de siffler du pipeau. Mardi, Paul Hembery répondait avec humour à cette critique du champion du monde 2008. "Il n y a qu'un seul heureux, un seul gagnant en F1. Mais je crois que dimanche après la course, il était plus satisfait", nous avouait en souriant le directeur sportif de la marque. Un casse-tête qui risque d'animer les 78 tours... Le Britannique se veut enthousiaste avant Monaco et a largement présenté sa nouvelle arme: "On veut mettre les supersofts dans des conditions définies, pour être très agressifs. On pense que les PZero Red seront utiles en qualifications et sur des relais courts en course. Son pic de performance est réellement d'un tour. Je pense qu'ils auront une durée de vie de 10 tours. Ce qui est sûr, c'est que ce ne sont pas des pneus pour des relais de 15-20 tours." Même à Monaco, le tracé le plus court de l'année mais pas le moins exigeant en terme d'adhérence. Et tant pis pour l'argument écologique même si Paul Hembery a assuré que le développement durable (la fameuse "green technology") entrait dans la réflexion future de la marque. Mais, pour l'heure, Monaco représente un tout autre défi pour Pirelli: celui d'un circuit non permanent au grip variable durant le week-end, une véritable inconnue et une première cette saison. Deux options se présenteront donc aux écuries : prendre le risque de chausser ces Red supersoft (super tendres) en qualifications pour réaliser une pole toujours importante à Monaco mais avec l'obligation de passer rapidement au stand pour changer de gommes et donc repartir dans le trafic ou bien assurer un bon premier relais avec les tendres Yellow mais en risquant l'accrochage dans le peloton au départ. "La gomme super tendre est conçue pour offrir un rendement supérieur sur une courte période mais cela au détriment de la durée, donc tous les teams devront en tenir compte dans leurs stratégies. Adopter la bonne fera la différence entre gagner et perdre", juge Pirelli dans son communiqué. Et à Monaco, l'usure prématurée d'un pneu peut coûter cher, la moindre erreur de trajectoire étant synonyme de contact avec le rail et de probable fin de course. Difficile aussi de ne pas imaginer une écurie moins performante ne pas tenter de s'offrir un coup de pub géant en chaussant les PZero Red pour chasser la si prestigieuse pole monégasque... Au royaume du casino, les coups de poker pourraient donc être bien légion sur la piste ce week-end.