Murray remet ça

  • A
  • A
Murray remet ça
Partagez sur :

Finaliste de l'Open d'Australie l'an passé face à Roger Federer, Andy Murray fait son retour en finale pour l'édition 2011. Pour parvenir à ses fins, l'Ecossais a disposé de David Ferrer, qui a craqué sur la longueur, en quatre sets (4-6, 7-6, 6-1, 7-6). Il va désormais tenter d'empocher son premier Grand Chelem, dimanche, face à Novak Djokovic.

Finaliste de l'Open d'Australie l'an passé face à Roger Federer, Andy Murray fait son retour en finale pour l'édition 2011. Pour parvenir à ses fins, l'Ecossais a disposé de David Ferrer, qui a craqué sur la longueur, en quatre sets (4-6, 7-6, 6-1, 7-6). Il va désormais tenter d'empocher son premier Grand Chelem, dimanche, face à Novak Djokovic. Quand les chats ne sont plus là, les souris dansent. Alors que Rafael Nadal et Roger Federer ont calé avant la finale, c'est finalement la logique qui a été respectée, puisque dimanche, ce sont les habituels seconds rôles qui se retrouveront en finale de l'Open d'Australie 2011. Après Novak Djokovic, tombeur de Federer la veille, c'est donc Andy Murray qui a composté son ticket pour s'offrir une troisième chance de décrocher son premier Grand Chelem. L'Écossais s'est qualifié face à David Ferrer (4-6, 7-6 [2], 6-1, 7-6 [2]), grâce notamment à sa constance, et à sa faculté à forcer la décision dans les tie-breaks. Mais tout ne fut pas aisé tout au long de ce combat qui aura tout de même duré près de quatre heures, alors même que Novak Djokovic devait être dans son lit, à s'occuper de sa récupération. Mais il fallait bien ça pour sortir l'Espagnol du tournoi. Le tombeur de Rafael Nadal au tour précédent avait d'ailleurs décidé d'attaquer la rencontre bille en tête, pour empocher le premier set (4-6). Andy Murray semble souffrir de l'intensité physique mise par le Valencian, qui appuie chaque balle, tout en couvrant les quatre coins du terrain. Mais le Britannique se reprend rapidement en breakant d'entrée de deuxième manche. Deux finales gagnées face à Djoko Son adversaire débreake dans la foulée et les deux hommes s'engagent dans un bras de fer intense. L'Ecossais est bougon, mais il finit par faire la différence dans le tie-break (7-6 [2]). Un jeu décisif durant lequel Ferrer va complètement exploser. Une explosion qui va durer le temps du set suivant, tandis que Murray se montre plus offensif, n'hésitant plus à prendre le filet d'assaut. L'Espagnol est dans les cordes et se montre incapable de renverser la tendance (6-1). Le numéro 5 mondial semble alors avoir le match en main et breake de suite Ferrer, au démarrage du quatrième set. Mais les ressources physiques du Britannique ne sont pas infinies, tandis que son adversaire reprend du poil de la bête. Débreaké, Murray serre alors les dents, assure les affaires courantes avec son service, pour mieux sortir de sa boîte quand le Valencian baisse de pied dans le tie-break (7-6 [2]). C'est désormais un tout autre défi qui attend le natif de Dunblane. Celui de remporter ce premier titre du Grand Chelem que la Grande-Bretagne, et surtout lui-même, attendent. Si Novak Djokovic mène aux confrontations (4-3), Andy Murray a remporté leurs trois dernières confrontations, et a surtout empoché les deux finales qu'ils ont disputées, à Cincinnati en 2008, et à Miami en 2009. Un défi qui sera sans doute plus compliqué cette fois pour celui qui a perdu ses deux premières finales du Grand Chelem, à Melbourne en 2010, et à l'US Open en 2008, face à Federer. Le même qui a été balayé par Djokovic, jeudi...