Murray, c'est grave

  • A
  • A
Murray, c'est grave
Partagez sur :

Andy Murray n'avance plus. Déjà éliminé d'entrée de jeu à Rotterdam et à Indian Wells, l'Ecossais a subi le même sort à Miami face au modeste Alex Bogomolov Jr, 118e joueur mondial (6-1, 7-5). Un nouveau camouflet pour Murray, qui avait auparavant révélé l'identité de son nouveau coach. Et les deux hommes ont du pain sur la planche...

Andy Murray n'avance plus. Déjà éliminé d'entrée de jeu à Rotterdam et à Indian Wells, l'Ecossais a subi le même sort à Miami face au modeste Alex Bogomolov Jr, 118e joueur mondial (6-1, 7-5). Un nouveau camouflet pour Murray, qui avait auparavant révélé l'identité de son nouveau coach. Et les deux hommes ont du pain sur la planche... Andy Murray soulevant le trophée du tournoi de Miami, l'image date de 2009. Une image qui paraît aujourd'hui tellement loin, après la nouvelle prestation décevante du cinquième joueur mondial. Il pensait pourtant avoir touché le fond à Indian Wells, lors du premier de ces deux Masters 1000 américains consécutifs. Défait 7-6, 6-3 en Californie par l'ex grand espoir U.S. Donald Young, 143e au classement ATP, l'Ecossais s'était promis de rebondir en Floride. Mais c'est une nouvelle humiliation à laquelle il a eu droit. Opposé à un autre américain, Alex Bogomolov Jr, 27 ans, 118e mondial et dont le principal fait d'armes sur le grand circuit est une finale de double perdue à Pékin en 2004, Murray a encore craqué. Battu (6-1, 7-5), en 1h35 de jeu, il aura été particulièrement méconnaissable au cours d'un premier acte où il s'est montré incapable d'inscrire plus de trois points sur le service de son adversaire... Son léger réveil dans le deuxième set se sera révélé au final insuffisant, alors qu'il a servi pour arracher le tie-break mais a cédé sur la première balle de match obtenue par le natif de Moscou. Une nouvelle défaite d'entrée donc, la troisième consécutive après Rotterdam et Indian Wells pour un joueur qui n'a pas gagné le moindre set depuis l'Open d'Australie, et sa demi-finale remportée face à David Ferrer. Une crise de confiance et de résultats dont l'Ecossais espère bien se sortir aux côtés de Dani Vallverdu, son nouvel entraîneur à temps-plein. Une décision surprenante - même si le Vénézuélien faisait déjà partie du "Team Murray" - étant donné son manque d'expérience et son parcours, lui l'ami devenu coach, après avoir été partenaire de double ou encore sparring-partner. Les deux hommes, qui ont fait leurs armes ensemble lors de leurs jeunes années sur la terre battue barcelonaise, vont en tout cas avoir l'occasion d'apprivoiser à nouveau la surface ocre, la saison sur terre débutant dès la fin du tournoi de Miami. Et ils ont de quoi faire.