Murray au rendez-vous

  • A
  • A
Murray au rendez-vous
Partagez sur :

Attendu au tournant après deux derniers tournois décevants en indoor, Andy Murray a parfaitement débuté le Masters, ce dimanche à Londres, en dominant le Suédois Robin Söderling (6-2, 6-4), récent vainqueur à Bercy. Eliminé en poules l'an passé, l'Ecossais a déjà pris une option pour les demi-finales avant d'affronter David Ferrer et Roger Federer.

Attendu au tournant après deux derniers tournois décevants en indoor, Andy Murray a parfaitement débuté le Masters, ce dimanche à Londres, en dominant le Suédois Robin Söderling (6-2, 6-4), récent vainqueur à Bercy. Eliminé en poules l'an passé, l'Ecossais a déjà pris une option pour les demi-finales avant d'affronter David Ferrer et Roger Federer. Y avait-il une petite envie de revanche chez Andy Murray, avant d'affronter Robin Söderling, qui vient de lui chiper la 4e place mondiale ? Toujours est-il que l'Ecossais a affiché une grosse détermination à l'heure de démarrer le Masters, devant son public londonien. En deux manches, et un peu moins d'1h20 de jeu (6-2, 6-4), Murray a écoeuré un Söderling bien loin du niveau de jeu qui lui avait permis de remporter son premier Masters 1000 à Bercy sept jours plus tôt. Le problème, c'est qu'entre Londres et Paris, la surface diffère complètement. L'indoor de l'O2 est bien plus lent que celui de Bercy. Et le Suédois s'en rendait rapidement compte. Dès le troisième jeu, Söderling perdait deux points au filet et offrait trois opportunités de break à Murray. Il n'en fallait pas moins, l'Ecossais prenait sa dernière chance et s'emparait du service de son rival, d'un retour gagnant laser (2-1). Peut-être plus que la surface, c'est bien Andy Murray qui s'est métamorphosé entre Valence, Paris et Londres. Bien plus concerné, incisif comme on ne l'avait plus vu depuis longtemps (Shanghai), et surtout très en jambes. En retour de service, Murray n'a pas laissé un seul moment de répit au Suédois, au point d'afficher de bien meilleures stats que lui lors de la première manche (5 aces à 0 pour Murray et 70% de premières balles, contre 61% à Söderling). Après 28 minutes de jeu, et une amortie somptueuse, le set (6-2) était dans la poche du n°5 mondial, irrésistible (14 coups gagnants, 4 fautes directes). Logiquement, Andy Murray allait légèrement baisser en régime au moment d'entamer le deuxième set. Il lui fallait sortir un ace pour sauver l'unique balle de break que se procurera Söderling (3-3). Retrouvant son second souffle, l'Ecossais allait ensuite enfoncer le clou sur la tête du protégé de Magnus Norman, en profitant d'une double faute du Suédois pour se détacher définitivement (4-3, puis 6-4). Murray prend donc une petite revanche sur Söderling, qui l'avait battu lors de leurs deux dernières rencontres. Surtout, il est bien parti pour effacer la déception de l'an dernier, et cette élimination en poules malgré deux victoires. Le voilà idéalement lancé (6 petits jeux concédés), et avec ce niveau de jeu, il peut déjà voir loin. Quant au Suédois, épouvantail annoncé de la compétition, il se retrouve déjà dos au mur, et va devoir relever la tête contre Ferrer et Federer.