Muffat ne s'en contente pas

  • A
  • A
Muffat ne s'en contente pas
Partagez sur :

Comme sur le 400 m, Camille Muffat a décroché la médaille de bronze du 200 m nage libre, mercredi aux Mondiaux de Shanghai. Créditée d'un temps de 1'56"10, la Niçoise s'est inclinée devant la patronne de la distance, l'Italienne Federica Pellegrini (1'55"58), et l'Australienne Kylie Palmer (1'56"04). Sans cacher une certaine déception au sortir du bassin...

Comme sur le 400 m, Camille Muffat a décroché la médaille de bronze du 200 m nage libre, mercredi aux Mondiaux de Shanghai. Créditée d'un temps de 1'56"10, la Niçoise s'est inclinée devant la patronne de la distance, l'Italienne Federica Pellegrini (1'55"58), et l'Australienne Kylie Palmer (1'56"04). Sans cacher une certaine déception au sortir du bassin... "Je sais ce que je vaux", dixit Camille Muffat. N'y voyez pas de la prétention, juste l'expression d'une ambition que la jeune femme de 21 ans cultive depuis qu'elle a pris conscience de son énorme potentiel. "Je la trouve bien structurée, sereine et confiante, dit d'elle Fabrice Pellerin, l'homme qui l'a menée jusqu'à l'or, l'an dernier à Dubaï, aux championnats du monde en petit bassin. Elle a conscience du niveau qu'elle a aujourd'hui et qu'elle n'a à rougir devant personne." Résultat, Muffat a rempli son contrat chinois. On attendait deux médailles de sa part à Shanghai, elle les a ramenées, cueillant le bronze du 400 m dimanche puis le même métal sur 200 m nage libre mercredi. Une petite moisson bienvenue après son échec aux Europe de Budapest, mais un bilan qui n'est pas pour la contenter. Avant la breloque, la Niçoise voit le chrono, et c'est là que le bât blesse à ses yeux. "C'est décevant... Je pouvais faire mieux, soufflait l'intéressée devant les caméras de France 2 à sa sortie du bassin. Ça ne se gagne pas super vite. Deux médailles, c'est bien, mais je suis déçue de mes temps." 1'56"10, ce chrono la cantonne à la troisième marche du podium, dans le sillage de l'Australienne Kylie Palmer, championne olympique du relais 4x200 m il y a trois ans à Pékin (1'56"04), et derrière l'intouchable Federica Pellegrini (1'55"58). Comme à Rome en 2009, la nageuse italienne réalise ainsi le doublé 200 m-400 m, signe que sa collaboration avec Philippe Lucas porte ses fruits. "J'ai appliqué la technique qu'on avait mise en place avec Philippe, avouait la championne du monde après coup. J'espère continuer avec lui l'an prochain pour les JO.""C'était loin d'être gagné au vu des demies, on a analysé les adversaires et mis une stratégie en place, enchaînait Philippe Lucas. Il fallait rester au contact dès le départ puis accélérer et terminer comme une bombe, mais plusieurs filles pouvaient prétendre à gagner ce titre." Parmi les prétendantes légitimes à la victoire, la Néerlandaise Femke Heemskerk, flanquée du meilleur temps des demi-finales, a manqué le rendez-vous ultime. En tête jusqu'aux 50 derniers mètres de la course, celle-ci s'est effondrée pour échouer au septième rang en 1'57"63. De quoi conforter Muffat dans son idée qu'il y avait peut-être mieux à faire mercredi dans les eaux de Shanghai.