Muffat enfin libre ?

  • A
  • A
Muffat enfin libre ?
Partagez sur :

Si les déconvenues à Stockholm (élimination en séries du 100 m et 7e sur 50 m), d'un Alain Bernard, éprouvé par un lourd cycle de musculation, sont à relativiser, on retiendra de ce dernier week-end suédois, plus encore que les deux records de France d'un Yannick Agnel, par ailleurs dominé par Paul Biedermann, la révélation d'une Camille Muffat en nage libre.

Si les déconvenues à Stockholm (élimination en séries du 100 m et 7e sur 50 m), d'un Alain Bernard, éprouvé par un lourd cycle de musculation, sont à relativiser, on retiendra de ce dernier week-end suédois, plus encore que les deux records de France d'un Yannick Agnel, par ailleurs dominé par Paul Biedermann, la révélation d'une Camille Muffat en nage libre. Yannick Agnel continue de performer, et pourtant le jeune Niçois, en parfait compétiteur qu'il est, a quitté la Suède avec un fort désir de revanche. Quoi de plus normal pour cet amoureux de la gagne, qui à Stockholm, à l'occasion de la dernière étape de la Coupe du monde en petit bassin, n'a pas levé les bras une seule fois à l'arrivée de ses trois courses. Pire, Agnel a subi par deux fois la loi de son rival allemand, Paul Biedermann, sur 200 m et 400 m. A chaque fois, le finish de ce dernier lui a été fatal. Et pourtant, le protégé de Fabrice Pellerin a trouvé le moyen, malgré les lourdes charges de travail actuelles qui mettent à mal bien des nageurs - Alain Bernard peut en témoigner... - de signer, en plus d'un record personnel sur 100 m (en 47"26, 8e meilleure performance mondiale de la saison), sur chacune de ces deux courses un nouveau record de France sur 200 m nage libre en 1'43"18, (3e meilleure performance mondiale de la saison, ancien RF: Alain Bernard en 1'43"40) et sur 400m nage libre en 3'41"42 (2e meilleure performance mondiale de la saison, ancien RF: Nicolas Rostoucher en 3'42"05). Pellerin: "Camille mérite d'ailleurs le surnom de « Biederwoman » !" "Ce bilan est intéressant pour plusieurs raisons, précise Fabrice Pellerin, l'entraîneur de l'Olympic Nice Natation. D'abord parce que les nageurs améliorent leurs records personnels en pleine période de travail, ce qui démontre des progrès significatifs. Ensuite parce que les résultats sont en corrélation avec les thématiques de travail développées depuis 3 mois: la prise de vitesse absolue (traduite par les performances sur 100m de Camille et Yannick) et l'endurance de base, qui leur a permis de réaliser des performances intéressantes dans les épreuves de 400m." Et c'est la bonne surprise de ce week-end suédois. Camille Muffat, encore marquée par son échec de Budapest, a semblé se relever, à défaut de pouvoir encore parler de renaissance, avec deux victoires sur 200 m et sur 400 m, nage libre, dont une meilleure performance personnelle sur 200 m en 1'53"74 (3e meilleure performance mondiale de la saison). "Camille se révèle en nage libre avec un niveau de performance jamais atteint, elle qui privilégiait jusqu'à présent le 4 nages, se félicite Pellerin, qui n'hésite pas à lâcher: Dans sa façon de gérer le 400m, en revenant très fort sur la fin, elle mérite d'ailleurs le surnom de « Biederwoman » ! Une Muffat enfin libre, dont on attendra les prochaines sorties pour juger durablement du sursaut...