Muffat, enfin !

  • A
  • A
Muffat, enfin !
Partagez sur :

Après des années d'attente, Camille Muffat a enfin frappé un grand coup en remportant son premier titre individuel mondial en 200 m nage libre, lors des championnats du monde en petit bassin à Dubaï. Un peu plus tôt, Fabien Gilot avait lui remporté sa première médaille d'argent mondiale en individuel, derrière Cielo et deux places devant Alain Bernard, seulement 4e. Le relais 4x100 m 4 nages a déçu, de même que Sébastien Rouault sur 1500 m.

Après des années d'attente, Camille Muffat a enfin frappé un grand coup en remportant son premier titre individuel mondial en 200 m nage libre, lors des championnats du monde en petit bassin à Dubaï. Un peu plus tôt, Fabien Gilot avait lui remporté sa première médaille d'argent mondiale en individuel, derrière Cielo et deux places devant Alain Bernard, seulement 4e. Le relais 4x100 m 4 nages a déçu, de même que Sébastien Rouault sur 1500 m. Au sortir des championnats d'Europe de Budapest, Camille Muffat avait dû choisir, forcée par son entraîneur Fabrice Pellerin. "Ce qui m'importait, c'est qu'elle fasse un choix fort pour elle qui s'est toujours illustrée plus ou moins sur différentes nages et qui est une championne de la polyvalence, mais pas une championne tout court. Or, on ne remet pas encore de médaille à la nageuse la plus polyvalente." Par contre, on remet des médailles à celles qui deviennent les plus rapides. On leur remet même la médaille d'or. Impériale dimanche sur le 200 mètres nage libre, la Niçoise a réalisé une authentique performance, en l'emportant en 1'52"29 devant l'Américaine Katie Hoff (1'52"91) et l'Australienne Kylie Palmer (1'52"96). Un temps canon qui vient récompenser les efforts de Muffat. Même si à 21 ans, la nageuse française avait encore du temps devant elle, il lui était impossible de se reposer sur ses lauriers, au vu de son immense potentiel. Son record personnel de 1'53"20, réalisé lors des derniers championnats de France à Chartres, est pulvérisé. Idem pour le record national, qui était jusqu'ici la possession de Coralie Balmy en 1'53"18 (réalisé à Angers, en décembre 2008). Et comme Muffat avait décidé de ne pas faire les choses à moitié, le record des championnats est également battu. "J'ai essayé de ne pas trop me prendre la tête, de ne pas trop regarder les autres, a simplement réagi la nouvelle championne du monde devant les caméras de France 2. Toute la journée, je pensais à cette médaille possible, mais le titre, c'est vraiment super... Être championne du monde sur 200 m, ça me conforte dans mon choix du crawl. Je ne pouvais pas m'attendre à un tel résultat, le petit bain n'était pas mon gros point fort et là il y avait vraiment du niveau." Tellement de niveau que Pellegrini n'a terminé que 7e, à près de 3 secondes de la Française (1'55"24). Gilot, le monde en argent Même s'il était presque déçu à la sortie du bassin, Fabien Gilot a lui aussi réussi l'un des plus beaux faits d'armes de sa carrière, en prenant la médaille d'argent sur le 100 m nage libre plus tôt dans l'après-midi. Cesar Cielo était trop fort, et l'a emporté comme prévu en 45"74, réalisant par la même occasion le record des championnats. Mais déjà médaillé d'or et de bronze avec les relais sur le 4x100 m le 4x200 m, Gilot ajoute un magnifique écot individuel à ses Mondiaux. Ce n'est pas le cas d'Alain Bernard en revanche, qui termine son escale à Dubaï sans médaille individuelle. Cette fois, l'Antibois finit à deux centièmes seulement du podium, 4e en 46"37 derrière le Russe Nikita Lobintsev. Peut-être trop émoussé, même s'il n'était pas seul dans la barque, Fabien Gilot n'est ensuite pas parvenu à bisser sur le relais 4x100 m 4 nages, en compagnie de Camille Lacourt, Hugues Duboscq et Frédéric Bousquet. Les Français ont eux aussi échoué à la pire place, la quatrième, en 3'23"60 derrière les Etats-Unis (3'20"99) emmenés par un Ryan Lochte en feu (voir encart), la Russie et le Brésil. Derrière Muffat et Gilot, les déceptions ont donc également marqué la journée des Français pour cette dernière journée dans le petit bassin de Dubaï, puisque Sébastien Rouault s'est complètement manqué sur le 1500 m. Seulement 6e en 14'42"79, le double champion d'Europe à Budapest (800 et 1500 m) laisse la gloire à Oussama Mellouli, favori et qui a largement tenu son rang en l'emportant en 14'24"16, et ce malgré un handicap de taille: en raison d'une erreur de sa fédération, Mellouli a dû nager dans la série lente du matin. Pas un problème pour le Tunisien, qui clôt ses championnats du monde avec une quatrième médaille après l'argent sur le 400 m 4 nages et le bronze sur 200 et 400 m.