MU peut-il battre le Barça ?

  • A
  • A
MU peut-il battre le Barça ?
Partagez sur :

Ecarté en demi-finale de la Ligue des champions la saison dernière, le FC Barcelone a l'occasion de récupérer son titre européen. Tombeur d'Arsenal mais aussi du Real Madrid en phase finale, le Barça de Guardiola, opposé samedi à Manchester United, peut-il passer à côté d'un nouveau sacre ? La réponse divise. La rédaction de Sports.fr se mouille. Entrez dans le débat.

Ecarté en demi-finale de la Ligue des champions la saison dernière, le FC Barcelone a l'occasion de récupérer son titre européen. Tombeur d'Arsenal mais aussi du Real Madrid en phase finale, le Barça de Guardiola, opposé samedi à Manchester United, peut-il passer à côté d'un nouveau sacre ? La réponse divise. La rédaction de Sports.fr se mouille. Entrez dans le débat. NON - Michael Balcaen, rédacteur en chef adjoint Le Barça est, même s'il s'en défend, favori de la finale de la Ligue des champions. Certes, Manchester United évoluera dans un cadre très favorable, à Londres dans un stade de Wembley en grande partie acquis à sa cause mais à part dans les gradins, ce n'est pas le rouge mais bien le blaugrana qui va dominer. Sans prendre en référence la finale de 2009, les hommes de Pep Guardiola vont sans aucun doute prendre le jeu à leur compte. Ils vont tout faire pour monopoliser le cuir en milieu de terrain et étouffer les Mancuniens. Faire tourner pour mieux placer une banderille grâce notamment à l'infernal trio Xavi-Messi-Iniesta sera l'étape suivante pour mettre à terre une équipe mancunienne qui s'attend effectivement à souffrir et qui devrait une nouvelle fois beaucoup défendre. "Le Barça est tellement fort que malgré tous les plans du monde, si Messi, iniesta et Xavi sont en forme, MU aura un gros problème", énonce Gary Lineker à la BBC. De fait, si le bloc équipe des Red Devils représente leur grande force, cela risque fort d'amplifier le phénomène de domination des Catalans. Or, même avec les retours attendus de Nemandja Vidic et Rio Ferdinand, une erreur coûte vite très cher. Au-delà du trio offensif, il convient tout de même d'ajouter Villa et Pedro sur les ailes. Un apport particulièrement conséquent pour un Barça qui devra se méfier des avaleurs d'espace que sont Chicharito, Valencia, Nani ou évidemment Rooney. Mais ce cas de figure, les Blaugrana le connaissent par coeur. Ils viennent de vivre quatre Clasicos et cette finale de la Ligue des champions promet effectivement d'être serrée mais elle sera sans doute moins houleuse que les duels contre le Real Madrid. Le Barça se méfie logiquement des Mancuniens mais semble véritablement armé pour remporter cette Ligue des champions. OUI - Laurent Duyck, rédacteur Rien n'est impossible disait le slogan d'un célèbre équipementier, concurrent de celui du FC Barcelone et de Manchester United. Oui, le Barça est le grand favori de cette finale de Ligue des champions, remake d'une finale 2009 à sens unique. Même Paul Scholes semble en convenir. "Barcelone est au sommet. Ils ont ce que nous recherchons tous et jouent comme nous le voulons tous", avoue l'expérimenté Anglais, sans s'avouer battu pour autant: "Mais notre football peut être aussi bon que le leur par moment. Nous avons aussi beaucoup de qualité." Même par intermittence, les Red Devils en ont fait la démonstration cette saison, au point d'apparaître très convaincant face à Schalke 04 en demi-finale. Les Catalans représenteront certes un défi d'une autre nature. Mais le club mancunien a les armes pour rivaliser: un gardien de niveau international, une défense centrale extrêmement physique et complémentaire, des ailiers percutants ou encore une pointe en la personne de Chicharito rapide, rusée et terriblement réaliste. La chance de MU passera cependant par sa capacité à exister au milieu du terrain et donc de couper les transmissions adverses. Une mission taillée pour Wayne Rooney qui, pour peu qu'il s'y astreigne avec une discipline non discutée, pourrait représenter un véritable poison pour Sergio Busquets, la véritable rampe de lancement du Barça, avant même Xavi ou Iniesta. Echaudés par la finale 2009 et mus par la même volonté d'effacer ce douloureux souvenir, les Mancuniens savent que leur salut ne dépendra que de leur solidarité. Sur un match, en finale de la Coupe du Roi, le Real Madrid de José Mourinho a prouvé que le Barça n'était pas invincible. Avec la même hargne mais peut-être moins d'arrogance, Manchester United voudra en apporter la confirmation samedi à Wembley.