MU et Barça, cap sur les demies

  • A
  • A
MU et Barça, cap sur les demies
@ Montage REUTERS/MAXPPP
Partagez sur :

LA C1 EN UN CLIC - Manchester a battu Chelsea (2-1). Le Barça s'est imposé à Donetsk (1-0).

Les finalistes de 2009 au rendez-vous. En 2009, Manchester United et le FC Barcelone s'étaient affrontés en finale à Rome. Deux ans après, un remake reste plus que jamais envisageable. Les Red Devils et les Blaugrana ont tous les deux confirmé leur victoire de l'aller, respectivement face à Chelsea (2-1) et à Donetsk (1-0). Selon toute vraisemblance, Manchester affrontera en demies Schalke 04 et le Barça, le Real Madrid... A moins d'un exploit retentissant mercredi soir, de l'Inter à Gelsenkirchen ou de Tottenham face au Real...

Deux buts dans la même minute. Manchester n'a pas eu le temps de douter. En effet, le deuxième but, celui de la victoire inscrit par Ji-Sung Park, l'a été dans la même minute (77e) que celui de l'égalisation marqué par Didier Drogba, soit sur la remise en jeu. A ce niveau de la compétition, c'est rare. A lire :MU s'accroche à son rêve

Giggs le passeur de plats (de caviar). Avec son centre en retrait vers Wayne Rooney, il avait été le "co-auteur" du but de l'aller. Six jours plus tard et à 37 ans, il a été le "co-auteur" du premier but au retour. Après un une-deux sur le côté droit avec John O'Shea, le Gallois adressa un centre parfait, toujours à ras de terre mais légèrement en profondeur, pour "El Chicharito" Hernandez. Le Mexicain, à l'extrême limite du hors-jeu, n'a eu plus qu'à pousser le ballon au fond des filets. Sur le deuxième but, le n°11 de MU décala parfaitement Ji-Sung Park dans la surface de réparation. Le Sud-Coréen enchaîna amortie poitrine-frappe du gauche pour offrir la victoire aux Red Devils.

Giggs délivre deux passes décisives face à Chelsea :

Rooney, le retour au sommet. Wayne Rooney revient en grande forme au bon moment. Même s'il n'a pas marqué mercredi soir, il a été omniprésent, notamment dans l'organisation du jeu. Précieux dans ses prises de balle, précis dans ses transversales, il a justifié en un match le numéro qu'il a dans le dos : le n°10. Et il a même poussé le parallèle avec ses glorieux aînés en tentant en fin de match un lob du milieu de terrain que n'auraient pas renié Pelé ou Zinédine Zidane.

Anelka remonté contre son entraîneur. Pour voir une surprise, il fallait regarder la feuille de match de Chelsea. En effet, Didier Drogba n'était pas titulaire. Carlo Ancelotti lui avait préféré Nicolas Anelka pour évoluer au côtés de l'inamovible (et pourtant immobile) Fernando Torres. Le Français s'est montré plutôt à son avantage dans la première demi-heure, avec deux frappes qui sont passées de peu à côté, de l'extérieur du droit (14e) puis du coup du pied gauche (23e) et un débordement qui a obligé Edwin van der Sar à une sortie hors de sa surface (30e). Moins actif après la pause, il a été remplacé par Salomon Kalou à l'heure de jeu. Et visiblement, cela ne lui a pas fait trop plaisir. D'après les informations de TF1, Anelka a réfusé de serrer la main de son entraîneur. Lui a-t-il dit "Va te faire..." ? On ne sait pas.

Torres plutôt que Drogba. Fernando Torres va-t-il marquer un but pour Chelsea avant la fin de la saison ? Les bookmakers londoniens peuvent préparer les mises car la question va commencer à se poser. En retard sur tous les ballons et, plus grave, peu à l'aise techniquement, l'ancien joueur de Liverpool a traversé cette rencontre (enfin la première mi-temps puisqu'il a été logiquement sorti à la pause) comme un fantôme. Il s'agit de son onzième match sans marquer avec le maillot des Blues. Son remplaçant, Didier Drogba, a, lui, été tranchant (comme à l'aller) et a marqué d'une belle frappe croisée consécutivé à un contrôle orienté de la poitrine. Un transfert à 58 millions d'euros justifie-t-il un statut de titulaire ? Visiblement, à Chelsea, oui.

Les Blues voient rouge. Le Brésilien de Chelsea Ramires, plutôt en vue par ailleurs, a été exclu pour deux cartons jaunes, le premier pour une faute sur Nani (33e), le deuxième pour une faute sur... Nani (70e). Même s'il n'y a pas de quoi crier au scandale, voilà un épisode qui risque de nourrir la rancœur de Chelsea envers les arbitres...

Le bon oeil pour MU ? Depuis trois saisons, Chelsea a toujours été éliminé contre le futur vainqueur de la compétition. Ce fut évident en 2008, où les Blues se sont inclinés en finale (1-1, 6-5 aux tab) contre... Manchester. En 2009, ils ont été sortis en demi-finales par le Barça (0-0, 1-1). Et l'an dernier, ils ont chuté contre l'Inter Milan en huitièmes de finale (2-1, 1-0). Manchester n'espère qu'une chose : que la série se poursuive...

Messi dans un autre monde. Dans un match logiquement ronronnant après le résultat de l'aller (5-1), le Barça s'est livré à un bel entraînement dans des conditions de match, à Donetsk (1-0). Match à enjeu ou simple formalité, Lionel Messi, lui, marque toujours. Ici, il profita d'un relais avec Daniel Alves puis d'un tacle raté d'un adversaire pour tromper le gardien du Shakhtar d'un plat du pied gauche. Il s'agit de son 9e but en Ligue des champions (en 10 matches) et de son 48e de la saison toutes compétitions confondues (en... 46 matches), ce qui constitue son meilleur total avec le Barça et le meilleur total dans l'histoire du club. A lire : Le Barça attend le Real

Messi inscrit le but du Barça :

A Valdes la victoire. Lionel Messi n'a pas été le seul artisan de la victoire du Barça. Le club catalan peut également remercier son gardien, Victor Valdes, auteur de deux parades cinq étoiles. Sur un coup franc de Jadson venu de la gauche, le portier catalan sortit le ballon d'une claquette (45e). Puis à un quart d'heure de la fin, il a sorti une frappe en pivot presque à bout portant de l'Arménien Henrikh Mkhitaryan.