MU en toute maîtrise

  • A
  • A
MU en toute maîtrise
Partagez sur :

Les espoirs de Chelsea de sauver sa saison en Ligue des champions sont pour le moins dégradés après la défaite (0-1), la première à domicile depuis 9 ans face à MU, concédée en quarts de finale ce mercredi, à Stamford Bridge, dès le match aller, face aux rivaux mancuniens. Sous le feu de la critique ces dernières heures, Wayne Rooney a frappé juste. Au Camp Nou, le Barça n'a fait qu'une bouchée du Shakthar Donetsk (5-1).

Les espoirs de Chelsea de sauver sa saison en Ligue des champions sont pour le moins dégradés après la défaite (0-1), la première à domicile depuis 9 ans face à MU, concédée en quarts de finale ce mercredi, à Stamford Bridge, dès le match aller, face aux rivaux mancuniens. Sous le feu de la critique ces dernières heures, Wayne Rooney a frappé juste. Au Camp Nou, le Barça n'a fait qu'une bouchée du Shakthar Donetsk (5-1). C'est en position de force que Manchester United abordera la semaine prochaine le match retour de ce quart de finale de Ligue des champions contre Chelsea. La victoire décrochée ce mercredi à Stamford Bridge (0-1) place les Red Devils sur la voie des demi-finales, que les Blues auront du mal à barrer au vu de leur prestation du soir. Empruntés, fébriles dans les transmissions de balle et moins bien organisés, les joueurs de Carlo Ancelotti se sont heurtés à une équipe mancunienne, qui a mieux maîtrisé son sujet, à l'image d'un Ryan Giggs toujours aussi déterminant malgré ses 37 ans. Passeur décisif, le Gallois a offert le but de la victoire à Wayne Rooney, réponse cinglante de l'attaquant anglais à ses détracteurs après ses injures proférées face caméra le week-end dernier en Premier League. Auteur d'un triplé sur la pelouse de West Ham (2-4), Rooney a concrétisé au tableau d'affichage les meilleures dispositions de son équipe en marquant son deuxième but en Ligue des champions cette saison. Ouverture millimétrée de Carrick, contrôle parfait en pleine course de Giggs, centre en retrait et plat du pied, Manchester ouvrait le score sur une action d'école (0-1, 24e). Un but que Chelsea digérait bien mal et que le duo d'attaque Didier Drogba-Fernando Torres ne parvenait pas à faire oublier. L'Espagnol, qui n'a toujours marqué sous le maillot des Blues depuis son arrivée fin janvier, croyait bien égaliser en effleurant un centre-tir de l'Ivoirien, mais le ballon finissait sa course sur le poteau avant un sauvetage miraculeux de Patrice Evra sur sa ligne suite à un tir à bout portant de Frank Lampard (45e). Premier succès à Stamford Bridge depuis neuf ans Le latéral gauche de MU était le seul Français sur la pelouse au coup d'envoi de la rencontre. Ancelotti avait en effet décidé de laisser Nicolas Anelka, pourtant meilleur buteur de Chelsea dans la compétition (7 buts), et Florent Malouda sur le banc. Avant de les lancer ensemble pour les vingt dernières minutes. Un apport sans effet, malgré une forte pression des Blues sur le but de Van der Sar, avec une reprise d'Essien juste à côté (70e) et une tête smashée de Torres, qui obligeait le gardien de Manchester à sortir une superbe parade (74e). Moins fringants en seconde période, dans le sillage d'un Rooney réduit à du pressing défensif, les Red Devils faisaient le dos rond pour conserver ce résultat positif et décrocher leur première victoire à Stamford Bridge en neuf ans. La dernière, un succès 3-0, remontait à avril 2002 en Championnat. Bien campé dans leurs trente derniers mètres jusqu'au coup de sifflet final, en imprimant un faux rythme une fois le ballon dans leurs pieds, les Mancuniens obtenaient ce qu'ils étaient venus chercher. Et peut-être même plus. Ce but d'avance avant de recevoir Chelsea à Old Trafford, mardi prochain, leur offre une marge de manoeuvre bien plus confortable que celle des Blues. Distancés en Premier League (quatrièmes à onze points de MU) et éliminés en FA Cup, les hommes de Carlo Ancelotti avaient reporté leurs ambitions sur la Ligue des champions, que Roman Abramovitch, le richissime propriétaire du club, désire plus que tout. Il faudra peut-être attendre un an de plus.