Mourinho-Real, le torchon brûle

  • A
  • A
Mourinho-Real, le torchon brûle
Partagez sur :

Il y a de l'eau dans le gaz entre José Mourinho et le Real Madrid. Sur son site Internet, AS affirme que le Portugais envisagerait très sérieusement de quitter la Maison Blanche au mois de juin. Le "Special One" ne supporterait plus de ne pas avoir la main en matière de recrutement, et notamment de ne pas avoir vu arriver le nouvel attaquant qu'il réclame depuis plusieurs semaines.

Il y a de l'eau dans le gaz entre José Mourinho et le Real Madrid. Sur son site Internet, AS affirme que le Portugais envisagerait très sérieusement de quitter la Maison Blanche au mois de juin. Le "Special One" ne supporterait plus de ne pas avoir la main en matière de recrutement, et notamment de ne pas avoir vu arriver le nouvel attaquant qu'il réclame depuis plusieurs semaines. José Mourinho s'est-il vu plus beau que le Real Madrid ? L'histoire d'amour entre le plus grand club du monde, au niveau du palmarès, et le meilleur entraineur de l'année 2010, selon la Fifa, semble en train de connaître l'unes de ses périodes les plus tumultueuses. Le couple le plus médiatique du monde du football pourrait même rompre dès la fin de la saison. Selon AS, Mourinho réclame plus d'influence dans un club où la hiérarchie, historique, est indéboulonnable, et envisagerait de quitter Madrid dès le mois de juin. En clair, l'entraîneur portugais se désole de ne plus avoir les coudées franches en matière de recrutement, comme cela était le cas à l'Inter Milan et surtout à Chelsea, où il pouvait faire joujou avec le carnet de chèques de Roman Abramovitch. Le dossier brûlant, c'est évidemment celui du numéro 9. Depuis la blessure de Gonzalo Higuain, le "Mou" répète en vain, par voie de presse, son désir de voir un nouvel avant-centre rejoindre les rangs merengue. Les noms les plus ronflants ont circulé, de Ruud van Nistelrooy à Carlos Tevez, en passant par Emmanuel Adebayor. Mourinho, lui, en avait ciblé deux. Le Portugais Hugo Almeida (Werder Brême) et l'Espagnol Fernando Llorente (Athletic Bilbao). Le premier a filé en Turquie, et le second n'aurait même pas été approché car, selon AS, les dirigeants madrilènes ne voulaient froisser leurs homologues basques, avec qui ils entretiennent de bonnes relations. Pas franchement le style Mourinho... Or, le décideur, dans ce cas, c'est Jorge Valdano, le directeur sportif du club, qui rend des comptes uniquement au président Florentino Perez et a réaffirmé en début de semaine toute sa confiance en Karim Benzema, pour clore le débat. Benzema sur le banc, Valdano fou de rage Karim Benzema, d'ailleurs, c'est le symbole de la discorde. La non-titularisation de l'attaquant français ce week-end à Almeria semble constituer le point de rupture entre José Mourinho et sa direction. La presse espagnole y a vu une volonté du "Special One" d'entamer un bras de fer avec ses supérieurs en plaçant Cristiano Ronaldo à un poste qui n'est pas le sien (en pointe), et en titularisant pour la première fois de la saison Kaka, à court de forme. Les conséquences ont été terribles. Le Real a concédé le nul (1-1) et perdu deux points précieux dans sa lutte à distance avec le Barça. Ce qui a rendu Jorge Valdano fou de rage. José Mourinho, qui avait déjà affirmé en octobre son agacement de voir le contrat de Pepe tarder à être renouvelé, a du mal à accepter le fait d'avoir perdu le rôle de manager à l'anglaise qu'il occupait dans ses anciens clubs. Et ses dirigeants semblent ne plus du tout supporter ses ingérences, surtout quand elles ont des répercussions plus ou moins directes au niveau sportif. La rupture est-elle inévitable ? On en est encore loin. Mais plusieurs candidats seraient déjà prêts à accueillir le Portugais. L'Inter Milan, en premier lieu. Mais aussi les deux clubs de Manchester, United et City. Une chose est certaine, Mourinho ayant signé avec le Real jusqu'en 2014, le club qui voudra se le payer devra s'acquitter d'une très onéreuse clause de rupture.