Mosquera positif sur la Vuelta

  • A
  • A
Mosquera positif sur la Vuelta
Partagez sur :

Quelques heures à peine après l'annonce du contrôle "anormal" d'Alberto Contador sur le Tour de France, la radio espagnole Cadena Ser a révélé une autre information de taille, le contrôle positif d'Ezequiel Mosquera, récent dauphin de Nibali sur la Vuelta. L'UCI a confirmé cette information dans l'après-midi. David Garcia Dapena, coéquipiers de Mosquera, est également cité.

Quelques heures à peine après l'annonce du contrôle "anormal" d'Alberto Contador sur le Tour de France, la radio espagnole Cadena Ser a révélé une autre information de taille, le contrôle positif d'Ezequiel Mosquera, récent dauphin de Nibali sur la Vuelta. L'UCI a confirmé cette information dans l'après-midi. David Garcia Dapena, coéquipiers de Mosquera, est également cité. Une affaire qui en éclipse une autre. Alors que le cyclisme espagnol est déjà secoué par l'annonce du contrôle "anormal" d'Alberto Contador au clembutérol lors du dernier Tour de France, la presse ibérique, et notamment la radio Cadena Ser et le quotidien Marca, annonce le contrôle positif d'un autre coureur espagnol, Ezequiel Mosquera, deuxième de la Vuelta le 19 septembre dernier, derrière l'Italien Vincenzo Nibali. Un autre coéquipier du Galicien, David Garcia Dapena, serait également dans le même cas. Alvaro Pino, le directeur sportif de la formation Xacobeo, à laquelle appartiennent les deux coureurs, affirme n'être au courant de rien. "Je suis sans voix. On vient de me l'apprendre, et je suis surpris parce dans l'équipe, je suis certain qu'un cas de dopage est impossible. Je n'ai toujours pas parlé avec Ezequiel, mais je vais le faire dans les prochaines heures", a déclaré Pino à l'agence EFE. Dans l'après-midi, l'UCI a confirmé l'information. Les contrôles ont été réalisés le 16 septembre dernier. Des traces d'Hydroxyethyl-amidon, une substance visant à augmenter le nombre de globules rouges et à favoriser l'oxygénation, ont été retrouvées dans les urines des deux coureurs. Contrôlés le lendemain du chrono de Penafiel A 34 ans, Mosquera a réalisé sur cette Vuelta la meilleure performance de sa carrière : une deuxième place, à 43 secondes du vainqueur Nibali, qui faisait suite à deux cinquièmes places et une quatrième place lors des éditions précédentes. Cette année, le grimpeur galicien, qui rejoindra l'an prochain la formation Vacansoleil et le sulfureux Italien Riccardo Ricco, avait impressionné lors du contre-la-montre de 46 kilomètres autour de Penafiel, lors duquel il n'a perdu que 16 secondes sur Nibali, réputé spécialiste de l'exercice. La veille des contrôles... Mosquera n'a jusqu'ici brillé que sur les routes de son pays, notamment sur la Vuelta, le Tour de Burgos, et le Tour du Pays Basque. Ce cas de dopage n'est évidemment pas le premier à frapper le Tour d'Espagne. Vainqueur de l'épreuve en 2005, l'Espagnol Roberto Heras, a été contrôlé positif à l'EPO et déclassé en février 2006, laissant donc la victoire à son dauphin, Denis Menchov. Les Kazakhs Alexandre Vinokourov et Andrey Kashechkin, sur le podium en 2006, n'ont pu participer à l'édition suivante, suspendus courant 2007 (transfusions sanguines). Et les deux vainqueurs précédents ont pour noms Alberto Contador (2008) et Alejandro Valverde (2009)...