Montpellier trébuche

  • A
  • A
Montpellier trébuche
Partagez sur :

HANDBALL - Montpellier concède son premier revers de la saison à Constanta, lors de la 2e journée de Ligue des champions.

Impressionnant d'aisance depuis le début de saison, Montpellier a mordu la poussière pour la première fois, jeudi lors de la deuxième journée de la Ligue des champions face aux Roumains de Constanta (33-37). Au dessus de leurs adversaires durant vingt minutes, les Héraultais ont complètement explosé par la suite.Un atterrissage douloureux. En balade en championnat de France, où le suspense dure rarement plus de dix minutes, les hommes de Patrice Canayer n'avaient pas rencontré plus d'adversité lors de leur premier match de Ligue des champions face à Salonique (46-20). En déplacement à Constanta, les Montpelliérains auront fait d'une pierre deux coups, puisqu'en plus d'être accrochés, ils connaissent désormais le goût amer de la défaite. Tout commence pourtant sous les meilleurs auspices avec la partition habituelle: montées de balle supersoniques des ailiers et, sur attaque placée, des arrières efficaces aux tirs (7-15, 21e). Cependant, même dans cette période de domination, les premiers prémices des difficultés à venir apparaissent, avec une défense moins agressive qu'à l'accoutumée, seulement rattrapée par les exploits d'un Stojinovic étincelant dans son but.Fort d'une avance de huit buts, les spectateurs roumains pensent alors assister, comme leurs homologues français et grecs, au show habituel servi par le MAHB. Mais la machine va subitement s'enrayer. Maladroits aux tirs, permissifs en défense, les Héraultais encaissent un surprenant 9-2. Si Kavticnik sauve les apparences avant la pause avec un ultime penalty (17-18, 30e), la dynamique est clairement roumaine, portée par un public bouillonnant.La thèse de l'accident ?Au retour des vestiaires, il est très rapidement clair que Patrice Canayer n'a pas su trouver les mots pour sauver un navire en perdition, trop habitué à naviguer en eau calme et surpris par cette subite tempête. Pourtant, les joueurs de Constanta ne brillent pas par leur habilité technique et maintiennent le mano-a-mano au prix d'une combativité de tous les instants (25-25, 42e). Sur la brèche depuis quinze minutes, Montpellier va lâcher prise (31-28, 49e), handicapé par des solutions individuelles trop souvent privilégiés, à l'image d'un Karabatic esseulé. Obligé d'assister à la démission de ses arrières, Hmam et Accambray en tête, le coach héraultais est même contraint de lancer Guigou au poste d'arrière gauche. Peine perdue puisque même les trois arrêts de rang de Karaboué en fin de match n'y feront rien. Le champion de France n'y est plus et laisse filer ses trois premiers points de l'année (37-33, 60e). La thèse de l'accident est pour le moment à privilégier. Mais les Montpelliérains devront montrer un autre visage la semaine prochaine à Valladolid s'ils veulent vraiment avoir une carte à jouer sur la scène européenne.