Montpellier sur son petit nuage

  • A
  • A
Montpellier sur son petit nuage
Partagez sur :

Montpellier n'a pas fait de détail pour s'emparer des commandes de la Ligue 1, en écrasant Rennes dimanche lors de la 3e journée (4-0). Les Héraultais enchaînent leur troisième succès en autant de matches et n'ont toujours pas perdu au mois d'août depuis leur retour parmi l'élite, en 2009. Fatigués, les Bretons ont tenu une demi-heure, avant de sombrer sous une chaleur accablante.

Montpellier n'a pas fait de détail pour s'emparer des commandes de la Ligue 1, en écrasant Rennes dimanche lors de la 3e journée (4-0). Les Héraultais enchaînent leur troisième succès en autant de matches et n'ont toujours pas perdu au mois d'août depuis leur retour parmi l'élite, en 2009. Fatigués, les Bretons ont tenu une demi-heure, avant de sombrer sous une chaleur accablante. Montpellier est leader. Et en plus, un leader facile. Les Héraultais n'ont jamais perdu au mois d'août depuis leur retour en Ligue 1, il y a deux ans, et c'est donc presque logiquement que le MHSC trône au sommet de l'élite à ce moment de la saison. Sauf improbable exploit de Saint-Etienne à Marseille (les Verts doivent gagner 5-0 pour revenir à égalité parfaite), Montpellier gardera seul les commandes du championnat. Sous une chaleur bien plus étouffante pour leurs adversaires que pour eux, les hommes de René Girard ont forcément bénéficié de la fatigue des Rennais, qui ont laissé des plumes à Belgrade il y a trois jours pour aller l'emporter sur la pelouse de l'Etoile Rouge en Ligue Europa (2-1). Mais pour que le score final prenne une telle ampleur (4-0), c'est qu'il n'y avait pas qu'une simple différence de fraîcheur. Sans arrivée d'envergure et avec le seul départ d'Emir Spahic, l'effectif montpelliérain a très peu bougé à l'intersaison. Et ça se ressent sur le terrain, où le collectif paraît très huilé avec une utilisation à bon escient de la pointe Giroud pour de nombreuses remises. Comme souvent, les Héraultais ont imposé un gros impact physique à leurs vis-à-vis en première période. Mais tel est le jeu de Montpellier, qui a su y associer une vraie rigueur tactique et profiter de ses moments forts pour enfoncer les têtes des Bretons sous l'eau. Dès le début de la partie, les nouveaux rois de la Ligue 1 ont confisqué le ballon, pour enfin se laisser porter par la douce euphorie de cette après-midi estivale à la Mosson. Avec en plus grand symbole, les deux derniers buts inscrits par un Camara en surchauffe, lui qui n'est entré qu'à la 65e minute de jeu. Girard: "Des super moments de football" Sans avoir réussi un match exceptionnel, les Montpelliérains sont surtout restés très sérieux, et n'ont jamais cherché à préserver le résultat. Sûrs de leurs forces, rassurés par l'absence totale d'occasions franches côté rennais - excepté une reprise au-dessus de Boukari en toute fin de match, à 4-0 (89e) - les locaux ont déroulé. L'organisation plutôt ambitieuse mise en place par Frédéric Antonetti, avec Féret en n°10, Pitroipa sur le côté droit et Montano en pointe, n'a pas du tout eu l'effet escompté. Cette large victoire s'est esquissée sur un penalty - pour une faute de Costil sorti au-devant de Bocaly - transformé par Belhanda (1-0, 31e). Sous les yeux de Jean-Louis Gasset, les Héraultais ont passé la seconde après le repos, avec un coup de canon de Dernis de l'entrée de la surface en guise de déclencheur (2-0, 52e). René Girard a apprécié le spectacle, en tout cas, comme il le confiait à l'issue de la rencontre devant les caméras de Foot+. "J'ai bien aimé. On a pris du plaisir malgré des difficultés au départ. Le but nous a libérés mais il ne faut pas s'enflammer, ça peut aller très vite (...) Quand tout le monde joue dans le même tempo, ça donne des super moments de football." En effet, Montpellier a souvent été convaincant en seconde période, parfois même brillant, avec le doublé de Camara en guise de cerise (72e, 86e). Sur son premier but personnel, l'exploit individuel est remarquable, avec une accélération qui a laissé sur place la défense rennaise pour terminer avec un plat du pied enroulé sur la gauche de Costil. "La première place ? C'est anecdotique", poursuit Girard, bien obligé de répondre à ce genre de questions au vu de l'entame de parcours de son équipe: une victoire contre Auxerre (3-1), puis surtout un succès à Lille (1-0) et ce carton contre Rennes, ça commence à avoir de l'allure. Et Montpellier devrait garder la tête à l'issue d'une journée de Ligue 1, pour la première fois de son histoire.