Montpellier saute sur l'occasion

  • A
  • A
Montpellier saute sur l'occasion
Partagez sur :

Alors que Chambéry s'est incliné face à Nantes (26-28), samedi, lors de la 19e journée de Division 1, Montpellier s'est de son côté imposé à domicile, face à Dunkerque (28-18), dimanche. Les partenaires de Nikola Karabatic rejoignent donc les Savoyards à la première place. En bas du classement, les écarts se resserrent encore, et la lutte pour le maintien s'annonce passionnante.

Alors que Chambéry s'est incliné face à Nantes (26-28), samedi, lors de la 19e journée de Division 1, Montpellier s'est de son côté imposé à domicile, face à Dunkerque (28-18), dimanche. Les partenaires de Nikola Karabatic rejoignent donc les Savoyards à la première place. En bas du classement, les écarts se resserrent encore, et la lutte pour le maintien s'annonce passionnante. Montpellier ne s'est pas raté. Alors que Chambéry a mordu la poussière, samedi, à Nantes (26-28), les Héraultais ont battu Dunkerque, dimanche (28-18), et rejoignent donc les Savoyards en tête du classement. Un succès qui ne change pas forcément grand-chose, puisque le titre devrait se jouer le 14 mai prochain, avec le duel que les deux équipes se livreront à l'Arena de Montpellier. Les Chambériens n'auront juste pas d'autres choix que de faire match nul ou de gagner chez le rival, alors qu'un revers de moins de trois buts aurait pu suffire s'ils étaient restés invaincus. Mais les hommes de Philippe Gardent sont tombés dans le piège nantais, dont le maître d'oeuvre avait pour nom Marouane Maggaiez, et ses 23 arrêts. Un piège synonyme de première défaite en championnat depuis le 16 décembre 2009, et un revers face à Istres. Trente et un succès plus tard, les Chambériens ont donc cédé, laissant Montpellier revenir leur souffler dans la nuque. Car si les Héraultais ont peiné en début de rencontre face à Dunkerque, troisième du championnat, Nikola Karabatic et sa troupe ont bien vite remis les pendules à l'heure à l'entrée du second acte, pour glaner deux précieux points, et une place de co-leader. Mais le duel que se livre les deux équipes de tête n'est pas le seul suspense de ce championnat, puisqu'en bas du classement, la lutte pour le maintien fait rage. Alors que Paris, Toulouse et Nîmes se sont imposés, l'écart n'est plus que de deux points entre les Toulousains, derniers, et Saint-Cyr, neuvième. On compte désormais six équipes pour deux places dans l'ascenseur vers la Pro D2, et chaque point vaudra désormais de l'or. Le duel entre Paris et Nîmes, mercredi prochain, sent déjà le souffre.