Montpellier sans fanfaronner

  • A
  • A
Montpellier sans fanfaronner
Partagez sur :

Quatrième à la veille de la 20e journée de Top 14, Montpellier a conservé son rang mais a souffert pour venir samedi à bout d'une courageuse équipe d'Agen. Accrochés jusque dans les cinq dernières minutes par le promu lot-et-garonnais, récompensé par le point de bonus défensif, les hommes de Fabien Galthié n'ont dû leur salut qu'à un essai tardif de Julien Tomas (25-24).

Quatrième à la veille de la 20e journée de Top 14, Montpellier a conservé son rang mais a souffert pour venir samedi à bout d'une courageuse équipe d'Agen. Accrochés jusque dans les cinq dernières minutes par le promu lot-et-garonnais, récompensé par le point de bonus défensif, les hommes de Fabien Galthié n'ont dû leur salut qu'à un essai tardif de Julien Tomas (25-24). Prudent, Fabien Galthié ne voulait surtout pas évoquer une éventuelle qualification pour la phase finale à la veille de la 20e journée, par peur du ridicule. "C'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens. Pour le moment, on ne nous a pas encore demandé de quitter la scène alors on continue à chanter...", relevait dans un bon mot l'entraîneur de Montpellier avant de recevoir Agen. Au terme de ce week-end, ses joueurs chantent encore. Mais toujours aussi faux... Dans la même veine que ses résultats depuis le début de l'année 2011, la révélation de la première moitié de saison, désormais attendue sur tous les terrains, a en effet offert une prestation en demi-teinte contre le promu lot-et-garonnais, ne s'en sortant qu'in extremis pour sauver sa quatrième place au classement. "On fait un mauvais match, une performance très moyenne et le score reflète bien notre match, ne pouvait qu'admettre Fulgence Ouedraogo, le capitaine montpelliérain, au micro de Canal+ sport. Agen s'est bien battu, nous, on n'a pas su élever notre niveau et on passe à côté de notre objectif qui était de décrocher le point de bonus offensif." Et l'international français, boudé pour les trois premiers matches du Tournoi des Six Nations 2011, d'ajouter: "Ça fait quelques matches qu'on ne joue pas très bien. Contre Clermont, on a fait illusion, à Castres, ça nous a coûté très cher, là on a encore failli le payer. Il faut que l'on retrouve de la rigueur et de l'application et ça reviendra car on n'a pas tout perdu en quelques semaines." Mach, troisième... De l'application, voilà ce qui a manqué au MHR pour concrétiser ses intentions, jamais reniées, en début de match. Résultat, Montpellier doit se contenter d'une pénalité, oeuvre de Bustos Moyano, pour maigre avantage après 25 minutes de jeu. C'est peu. Surtout face à une équipe agenaise bien décidée à défendre crânement sa chance, à l'instar de Barnard, qui sur un ballon en première main gagné en touche, déchire le rideau montpelliérain et ouvre pour Swiryn qui envoie Vaka à l'essai (28e, 3-7). Vexés, les locaux font le siège de la ligne agenaise mais, après de multiples temps de jeu, finissent par griller ses cartouches, la faute à l'impatience de Trinh-Duc, tout juste entré en jeu, qui perd le ballon sur un coup de pied rasant (37e). Dominée à la pause, la troupe de Fabien Galthié ne repasse devant au retour des vestiaires que par les maladresses agenaises, sanctionnées par Bustos Moyano (43e, 46e et 53e). Mais à trop vouloir jouer, le MHR se brûle les ailes, Bales, pour sa deuxième titularisation seulement avec le SUA, mettant le feu dans la défense héraultaise d'un essai de filou, pure spécialité d'un bon demi de mêlée (55e, 12-14). Malmené, Montpellier s'en remet à la botte de son ailier argentin pour reprendre un léger avantage (66e, 18-17), malgré une nouvelle pénalité offerte à Barnard (64e). Il faut toute la malice d'un autre demi de mêlée, le Montpelliérain Tomas, opportuniste après un gros travail de ses avants, pour permettre au public d'Yves-du-Manoir de souffler (77e, 25-17). Malheureux mais pas résigné, le SUA aura le courage d'aller chercher le point de bonus qu'il méritait dans les arrêts de jeu grâce à un troisième essai de Mach (80e, 25-24). Les Héraultais font encore entendre leur voix. Mais ce sont les Agenais qui chantaient les plus forts samedi à l'issue de la rencontre...