Montpellier s'est effondré

  • A
  • A
Montpellier s'est effondré
Partagez sur :

Montpellier a été accroché par Brest (2-2), samedi soir, dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Bien que menant 2-0 à la pause, grâce à un doublé de Giroud (19e, 40e), les Héraultais ont perdu pied dans les vingt dernières minutes de jeu. Ben Basat a d'abord réduit l'écart (70e) avant que Gentiletti n'égalise dans les dernières minutes (88e). Dimanche, Montpellier risque de perdre son fauteuil de leader au profit de Lyon.

Montpellier a été accroché par Brest (2-2), samedi soir, dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Bien que menant 2-0 à la pause, grâce à un doublé de Giroud (19e, 40e), les Héraultais ont perdu pied dans les vingt dernières minutes de jeu. Ben Basat a d'abord réduit l'écart (70e) avant que Gentiletti n'égalise dans les dernières minutes (88e). Dimanche, Montpellier risque de perdre son fauteuil de leader au profit de Lyon. "Je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé." L'aveu est signé Henri Bédimo. "Vraiment déçu", le latéral gauche de Montpellier a constaté samedi soir comme tout le Stade Francis-Le Blé la chute de tension des Héraultais en seconde période, sur une pelouse brestoise qui leur avait pourtant souri 45 minutes durant. A la pause, Henri Bédimo comme toute son équipe ne s'attendait sûrement pas à un tel scénario lors de la seconde période de cette affiche comptant pour la 6e journée de Ligue 1. Car le résultat nul concédé après un avantage de deux buts à la mi-temps est déjà rageant en soi. Mais c'est le jeu déployé en seconde période qui laisse de nombreux regrets aux troupes de René Girard. Olivier Giroud avait pourtant fait le plus dur pour le leader, trouvant par deux fois la faille. D'abord sur un ballon relâché par Steeve Elana sur un coup franc de Marco Estrada (19e), puis sur une tête plongeante au premier poteau venant conclure un superbe service d'Henri Bédimo côté gauche (40e). Dépassée lors de ces 45 premières minutes, les Brestois ont été secoués à la pause par Alex Dupont et sont revenus du vestiaire armés de bien meilleures intentions. Yanga-Mbiwa coupable A l'inverse, les Montpelliérains se sont peut-être endormis à la mi-temps. Il ne fallait pas attendre bien longtemps avant d'entrevoir un aperçu de la seconde période, sur une action symbolique. Sur un corner breton, Jourdren se trouait complètement et Lesoimier, bien placé, manque de peu le cadre sur sa reprise de la tête. Il était dit que Montpellier allait patiner et que le SB29 allait jouer ses coups à fond. Parfois avec trop d'engagement, Coulibaly, Poyet et Ben Basat étant avertis par M. Lannoy en un peu plus de dix minutes après ce premier coup de chaleur sur le but des visiteurs. Puis la domination et l'abnégation brestoises ont fini par faire flancher le MHSC et par se traduire au tableau d'affichage. Bien aidé il est vrai par une grossière perte de balle de Mapou Yanga-Mbiwa dans l'axe à 25 mètres de ses buts, Eden Ben Basat file se présenter face à Geoffrey Jourdren et le trompe d'un extérieur du pied qui accouche victorieusement d'un poteau rentrant (70e). "On n'a pas joué en deuxième période. On leur a gonflé les poumons", se plaindra Henri Bédimo à l'issue du match au micro de Foot+. "Deux points de perdus" Le discours est évidemment inverse côté breton. "On est au ralenti en première période. A 2-0, on ne pouvait faire que mieux. Le public a beaucoup poussé et on a bien travaillé", explique Nolan Roux. Le buteur brestois est d'ailleurs à l'origine du but de l'égalisation. Oublié par Henri Bédimo sur un corner joué à deux, il centre fort devant le but et Santiago Gentiletti profite d'un petit moment de panique au sein de l'arrière-garde héraultaise pour catapulter de la tête le cuir au fond des filets (88e). "C'est deux points de perdu, ce qui très décevant car on avait match gagné", avouait, lucide, Henri Bédimo. Le plus embêtant, c'est que le club de la Paillade pourrait bien perdre son fauteuil de leader dimanche, en fonction du résultat de Lyon au Stade de Gerland contre Marseille. Un fauteuil que le MHSC partage à présent avec Toulouse, les Pitchounes ayant remporté le derby de la Garonne contre Bordeaux dans le même temps (3-2). Jusqu'à dimanche soir ou jusqu'à la semaine prochaine ?