Montpellier s'en contente

  • A
  • A
Montpellier s'en contente
Partagez sur :

Montpellier a conforté sa deuxième place ce dimanche lors de la 13e journée de Ligue 1 en accrochant le nul à Saint-Étienne (1-1). Les Héraultais profitent de la défaite de Lyon pour conserver leur position de dauphin, trois points devant Lille. Pas une mauvaise affaire pour les joueurs de René Girard, mis à mal par des Verts accrocheurs mais maladroits.

Montpellier a conforté sa deuxième place ce dimanche lors de la 13e journée de Ligue 1 en accrochant le nul à Saint-Étienne (1-1). Les Héraultais profitent de la défaite de Lyon pour conserver leur position de dauphin, trois points devant Lille. Pas une mauvaise affaire pour les joueurs de René Girard, mis à mal par des Verts accrocheurs mais maladroits. Tout ça pour un point ! L'avant-match de ce Saint-Étienne-Montpellier restera peut-être davantage dans les annales que la rencontre elle-même, enlevée mais un brin trop brouillonne. Annoncé en défense centrale sur la feuille de match fourni par la Ligue, Hilton s'en voit retiré tardivement. La raison ? Le Brésilien aurait un problème de licence dû à son titre de séjour, expiré depuis le 31 octobre et empêchant sa présence sur la pelouse. Remplacé in extremis par Stambouli, Hilton prend donc place sur le banc de touche en spectateur, un lieu dont il est exclu par le quatrième arbitre durant la première période, règlement oblige ! Après tant de déboires, difficile d'entrer dans le match. La première demi-heure est d'ailleurs guère emballante. Saint-Étienne débute prudemment, échaudé par ses deux défaites dans le derby face à Lyon. Face à ce gros bloc, Montpellier fait bien tourner, alterne le jeu court et long, étire le bloc stéphanois mais ne crée pas le danger sur le but de Ruffier vivant une fin d'après-midi tranquille. Pas le cas de Marchal, grimaçant et contraint de céder sa place dès la 31e minute, permettant au jeune Zouma, membre de l'équipe de France U18 de jouer son sixième match de Ligue 1 à 17 ans tout juste. Rude défi pour la perle stéphanoise opposée à Olivier Giroud, appelé cette semaine pour la première fois chez les Bleus et très actif dans l'axe. Ce sont pourtant les Verts qui se mettent en évidence dans la foulée. Lemoine, au milieu du terrain, transmet à Nicolita qui décale l'ancien Rennais sur la droite. Le milieu stéphanois centre, le Roumain reprend de la tête et bat Jourdren (1-0, 33e), convertissant la première occasion franche des Verts. Camara, Aubameyang, même combat ! Montpellier, sans grande inspiration, peine dans un Chaudron où il n'a gagné qu'une fois en 14 matches de Ligue 1. Pire, les Héraultais manquent de craquer de nouveau après la pause. Mais Nicolita et Aubameyang manquent le coche face à Jourdren (48e et 51e), le dernier profitant du placement hasardeux de Yanga-Mbiwa. A rater le break, Saint-Étienne s'expose. Et la meilleure attaque de Ligue 1 ne se prive pas d'en retenir la leçon. Sur un corner d'Estrada, Giroud reprend de la tête au point de penalty. Sa reprise, manquée et non cadrée est contrôlée difficilement par Marveaux qui reprend du genou avec de la réussite pour glisser ce ballon entre le poteau et Néry (1-1, 57e). En grande difficulté dans le jeu, les Héraultais reviennent sur un coup de pied arrêté, un secteur où ils sont moins en réussite que ces dernières saisons (18 des 27 buts inscrits jusque-là sur une action de jeu). Régénérés, les Montpelliérains intensifient leur pressing. Profitant d'une passe en retrait trop molle pour Néry, Camara se présente seul face à Ruffier mais rate son duel, ne plaçant pas assez son plat du pied (65e). Montpellier fait le forcing en vain, Giroud ne trouvant pas l'ouverture sur coup-franc comme de la tête (73, 81e), et s'expose même en contre quand Stambouli se troue face à Aubameyang. L'ancien Milanais manque aussi le coche face à Jourdren, auteur d'un superbe arrêt face au Gabonais (77e). Pas de jaloux, la maladresse des deux camps aboutit sur un nul logique. Saint-Étienne stagne avec un troisième nul en six matches joués dans le Chaudron quand Montpellier se sort du traquenard vert pour prendre un point précieux, confortant sa deuxième place. Toujours ça de pris !