Montpellier s'affirme

  • A
  • A
Montpellier s'affirme
Partagez sur :

Une semaine après avoir pris le contrôle du championnat aux dépens du PSG, Montpellier a fait honneur à son statut de leader, samedi, lors de la 16e levée de L1. Les Pailladins se sont joués de Lorientais toujours aussi timorés hors de leurs bases, vainqueurs 4-0 grâce à Dernis, Giroud, Utaka et Cabella. Le Losc vainqueur à Ajaccio dans le même temps (2-3), le MHSC compte provisoirement cinq longueurs d'avance sur son premier poursuivant au classement.

Une semaine après avoir pris le contrôle du championnat aux dépens du PSG, Montpellier a fait honneur à son statut de leader, samedi, lors de la 16e levée de L1. Les Pailladins se sont joués de Lorientais toujours aussi timorés hors de leurs bases, vainqueurs 4-0 grâce à Dernis, Giroud, Utaka et Cabella. Le Losc vainqueur à Ajaccio dans le même temps (2-3), le MHSC compte provisoirement cinq longueurs d'avance sur son premier poursuivant au classement. Voilà un leader qui en impose. "Etre premier, ce n'est pas cool du tout, ça signifie redoubler de vigilance. Après quinze journées, il n'y a rien de gagné, d'attribué ou de fait", avait pris soin de rappeler René Girard avant le coup d'envoi de ce 16e acte de championnat. Une semaine plus tôt, ses Pailladins avaient pris les commandes de l'élite, profitant du lourd revers de Paris à Marseille, et mettant à profit, surtout, une invincibilité qui court depuis la 8e levée de L1. Avec 20 points engrangés sur 24 possibles ces huit dernières journées, Montpellier se dessine un véritable destin de champion. Ce samedi, c'était à Lorient de jouer les faire-valoir, malgré de belles intentions affichées en début de rencontre. Tombeurs du PSG au Parc en ouverture de saison, les Merlus n'ont plus gagné un match à l'extérieur depuis lors en championnat, et comptaient bien briser la série en cette soirée d'automne, dans une Mosson conquise le 26 octobre dans le cadre des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue. A autre contexte, autre match... les Bretons n'ont pu prétendre cette fois à renverser la machine héraultaise sur ses terres. Bien que dominé aux premiers échanges de la partie, le MHSC s'est révélé d'un réalisme froid pour prendre ses aises dans son nouveau costume de patron. Une ouverture de Saihi déviée de la tête par Giroud et reprise victorieusement par Dernis, la première occasion montpelliéraine est la bonne, et permet aux locaux de mener au score peu avant la demi-heure de jeu (1-0, 26e). Dès lors, le rapport de forces s'inverse, et Giroud, sur coup franc (37e), puis Dernis, d'une reprise miraculeusement repoussée du tibia par Audard (44e), manquent de corser l'addition. Giroud, buteur et triple passeur "On est en confiance à domicile. Le classement parle pour nous, la pression est positive et on s'en sert, glisse Marveaux à la pause. On a fait le plus difficile en marquant et maintenant il faut tenir et enfoncer le clou." Aussitôt dit, aussitôt fait, ou presque... Dès la reprise, les Pailladins s'attèlent en effet à faire le break. Giroud reprend à bout portant et puissamment un coup franc placé de Belhanda repoussé du bout du gant par Audard (2-0, 47e). Le néo-international inscrit là son 12e but de la saison - soit autant que sur l'ensemble du précédent exercice - et ne tarde pas à démontrer qu'il n'est pas simplement le meilleur buteur actuel de la Ligue 1. Le tout sous le regard avisé de Jean-Louis Gasset, le bras droit de Laurent Blanc... Déjà décisif sur le premier but héraultais, l'ancien Tourangeau endosse à nouveau la panoplie du passeur tandis qu'il sert au cordeau Utaka, esseulé en pleine surface et auteur face à Audard de sa troisième réalisation de la saison (3-0, 62e). Et c'est encore lui qui déborde et centre en retrait pour Cabella sur le quatrième et dernier but montpelliérain (4-0, 86e). Celui du carton, celui de la démonstration. "Quand je peux faire marquer les copains, je n'hésite pas. On joue simple, on prend du plaisir et lorsque les solutions se proposent, on ne peut que servir les autres. Ce n'est pas la même chose, mais c'est presque aussi gratifiant que de marquer soi-même", confiera le héros du jour, après coup, au micro de Foot+. Et altruiste avec ça...