Montpellier reste accroché

  • A
  • A
Montpellier reste accroché
Partagez sur :

Grâce à Camara (8e) et Bocaly (58e), Montpellier s'est imposé sur la pelouse de Nancy (2-1), ce dimanche après-midi, lors de la 21e journée de Ligue 1. L'ouverture du score signée Hadji (2e) n'a pas suffi aux Lorrains. Au classement, les Héraultais s'installent provisoirement à la cinquième place.

Grâce à Camara (8e) et Bocaly (58e), Montpellier s'est imposé sur la pelouse de Nancy (2-1), ce dimanche après-midi, lors de la 21e journée de Ligue 1. L'ouverture du score signée Hadji (2e) n'a pas suffi aux Lorrains. Au classement, les Héraultais s'installent provisoirement à la cinquième place. Nancy voulait décoller, Montpellier recoller. Seuls les Héraultais ont été exaucés. Malgré une ouverture du score très - peut-être même trop - précoce, l'ASNL n'est pas parvenue à rebondir à domicile après ses deux défaites subies en déplacement à Toulouse (0-1) et Lille (0-3). Il faut dire que la pelouse synthétique de Marcel-Picot ne réussit pas vraiment aux joueurs de Pablo Correa depuis le début de saison. Le genre de détails qui pourraient coûter cher en fin de saison, les Lorrains ne comptant à l'issue de cette 16e journée de Ligue 1 que trois longueurs d'avance sur Lens, premier relégable. Les hommes de René Girard, eux, peuvent savourer. Car le but d'entrée de match signé Hadji, à la réception d'une remise de Sami après un coup franc de Gavanon repoussé par Jourdren comme il a pu (1-0, 2e), ne les a pas effrayés plus que ça. L'égalisation de la tête de Camara, à la réception d'un centre d'Aït-Fana seulement quelques minutes plus tard (1-1, 8e), leur a aussi permis de ne pas trop gamberger au cours d'une première période dominée par des Lorrains qui ont manqué d'opportunisme, à l'image de Hadji tout proche du doublé (4e), ou à plusieurs reprises de justesse dans la dernière passe. Un déchet que les Nancéiens vont regretter. Car après le repos, sur la première réelle occasion dangereuse de la seconde période, Montpellier a pris l'avantage grâce à Bocaly (58e). Un peu à la manière de Thuram lors de la demi-finale France-Croatie à la Coupe du monde 1998, le latéral droit héraultais s'est senti pousser des ailes et a placé une frappe enroulée du gauche à ras de terre qui est venue se loger dans le petit filet opposé de Grégorini, assez long à la détente sur le coup (2-1, 58e). Les Héraultais, solides en fin de rencontre, se hissent du coup à la cinquième place du classement, un point devant l'OM. Des Marseillais qui se déplacent dans la soirée à Monaco.