Montpellier plie mais ne rompt pas

  • A
  • A
Montpellier plie mais ne rompt pas
Partagez sur :

Malmené ce mardi soir sur la pelouse synthétique de Lorient, Montpellier a néanmoins obtenu le partage des points au terme de ce match d'ouverture de la 19e journée de L1 (0-0). Bien servis par la maladresse des attaquants bretons et la baraka de Jourdren, les Pailladins ont ainsi décroché un troisième point en trois levées. Petit coup d'arrêt en revanche pour des Merlus qui avaient pris l'habitude de briller offensivement dans leur antre.

Malmené ce mardi soir sur la pelouse synthétique de Lorient, Montpellier a néanmoins obtenu le partage des points au terme de ce match d'ouverture de la 19e journée de L1 (0-0). Bien servis par la maladresse des attaquants bretons et la baraka de Jourdren, les Pailladins ont ainsi décroché un troisième point en trois levées. Petit coup d'arrêt en revanche pour des Merlus qui avaient pris l'habitude de briller offensivement dans leur antre. Cinq victoires pour un seul match nul, concédé sur le fil au PSG, tel était le bilan domestique de Lorient, ce mardi, à l'heure de recevoir Montpellier. Après des débuts poussifs sur leur pelouse synthétique, illustrés par deux revers devant Nice et Caen notamment, les Merlus avaient pris la bonne habitude de régaler leur public, répondant toujours à une défaite encaissée en terre hostile par un beau succès à domicile. En mal de points ces temps-ci, les Pailladins ont pu mesurer le potentiel offensif de leurs hôtes, sans toutefois craquer... Amalfitano avait noté "un manque de niaque" contre Toulouse trois jours auparavant, qu'à cela ne tienne, c'est pied au plancher, par ce jeu court et rapide qui le caractérise, que le FC Lorient attaque la partie. Monopolisant le ballon face à des Montpelliérains manifestement surpris et embarrassés par la nature du terrain, les Merlus s'attèlent à faire courir le ballon comme leurs adversaires, se rapprochant dangereusement de la surface adverse. La première banderille n'étant cependant décochée qu'à la 22e minute: un petit ballon piqué d'Amalfitano, justement, expédié hors cadre. Si ce n'est cette reprise en pleine course de Kabze (36e) et ce pointu de Camara consécutif à une chevauchée en solitaire dans la défense bretonne (45e), les Pailladins peinent à soutenir la comparaison en termes d'occasions. D'autant que les locaux insistent en fin de première période. Mais si les visiteurs ont eu le mérite de cadrer leurs rares tentatives, les Lorientais, eux, pèchent par manque de précision dans le dernier geste, à l'image de Monnet-Paquet - entré en lieu et place d'un Coquelin touché à la hanche dans le premier quart d'heure et auteur d'un plat du pied trop enlevé devant Jourdren (39e) - ou d'un Gameiro dont la frappe enroulée échoue sur le poteau juste avant le repos. Gourcuff satisfait de ses troupes La pause sifflée, c'est donc un MHSC pas malheureux qui regagne les vestiaires. René Girard le concède et promet une réaction de ses joueurs dans le deuxième acte. Seulement ce sont bien les Bretons qui reviennent sur la pelouse avec de vraies intentions de jeu. Romao (53e) et Amalfitano (57e) ratant néanmoins le coche, seuls face à Jourdren. Montpellier a beau plier, la solidarité de ses défenseurs fait des miracles, et les attaquants lorientais - Amalfitano en tête - commencent à montrer des signes d'agacement. Crédités de quatre buts seulement à l'extérieur cette saison - pour trois succès tout de même - les Héraultais s'accrochent au point du match nul - le troisième en trois matches et sur les cinq dernières levées de championnat. L'expulsion pour un second carton jaune de Yanga-Mbiwa à l'entrée dans le dernier quart d'heure n'y change rien. Pas plus que l'entrée en jeu de Kitambala, l'autre buteur maison avec Gameiro. Capitaine d'un soir, le controversé Spahic a su guider ses troupes vers un partage des points heureux, qui ne fait cependant pas forcément les affaires de Montpelliérains sevrés de victoire en L1 depuis le 20 novembre. "La frustration, il faut l'évacuer, conclut pour sa part l'entraîneur lorientais Christian Gourcuff devant les caméras de Canal+. On a vu de bonnes choses aujourd'hui. On a eu la maîtrise totale du jeu et même si on reste défaillant au niveau de l'efficacité, on est sur la bonne voie." Et puis les Merlus pourront toujours se targuer d'être invaincus au Moustoir depuis sept matches. Alors, fantastique le synthétique ?