Montpellier perd le nord

  • A
  • A
Montpellier perd le nord
Partagez sur :

Invaincu depuis le 24 septembre dernier, Montpellier a renoué avec la défaite en se faisant surprendre, samedi sur la pelouse de Valenciennes (1-0), dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1. Tout le mérite revient à des Nordistes agressifs et joueurs et finalement bourreaux logiques d'un club héraultais qui voit le PSG revenir à sa hauteur au sommet du classement après ce revers.

Invaincu depuis le 24 septembre dernier, Montpellier a renoué avec la défaite en se faisant surprendre, samedi sur la pelouse de Valenciennes (1-0), dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1. Tout le mérite revient à des Nordistes agressifs et joueurs et finalement bourreaux logiques d'un club héraultais qui voit le PSG revenir à sa hauteur au sommet du classement après ce revers. Et Montpellier redescendit sur terre... En pleine bourre ces dernières semaines, le MHSC se présentait à Valenciennes fort d'une série de huit matches sans défaite en championnat. Une forme olympique symbolisée par une surprenante place de leader récupérée par les hommes de René Girard au soir de la 15e journée de Ligue 1. Une présence sur le trône contre toute attente fragilisée ce samedi après cette visite au Stade du Hainaut, antre d'une formation de Valenciennes requinquée à l'heure d'affronter le patron du football hexagonal, loin de la triste image donnée par une équipe battue lors de ses deux dernières sorties, à Sochaux (2-0) et contre Evian (2-1). Les Héraultais sont donc tombés sur un os dans le Nord. "On n'a pas réussi à développer notre jeu habituel. On est tombé sur une équipe qui, dans les duels, en voulait parfois plus que nous", reconnaîtra au terme de la rencontre le meilleur artificier de l'Hexagone, Olivier Giroud, devant les caméras de Foot+. Des propos qui se vérifient dès l'entame du match, l'envie débordante des locaux posant des problèmes à un MHSC sans idée. Les visiteurs plient sans rompre et il faut attendre la 19e minute pour voir Dernis signer la première occasion de but de cette rencontre, la tête de l'ancien Stéphanois n'accrochant pas le cadre, ou encore la 27e pour voir Montpellier réaliser son premier enchaînement collectif, conclu par une frappe hors-cadre de Belhanda. Giroud: "Ce n'est pas la fin du monde, ce n'est pas grave" Montpellier n'y est pas et cela se vérifie à la demi-heure de jeu lorsque la tête de Gomis envoie le cuir sur le poteau d'un Jourdren battu (34e). Dans la foulée, Aboubakar tombe dans la surface après un contact avec Hilton, sans émouvoir M. Duhamel, l'arbitre de la rencontre. Le MHSC se fait bouger et est même heureux de rejoindre les vestiaires sur un score de parité (0-0), VA faisant montre de plus d'envie et d'agressivité. Une qualité qui se vérifie après le repos, Kadir profitant du ballon relâché par Jourdren sur une lourde frappe de Ducourtioux pour ouvrir le score à bout portant (1-0, 46e). Un but qui n'a même pas valeur d'électrochoc pour un leader de Ligue 1 emprunté, à l'image de Belhanda, le meilleur joueur de L1 du mois de novembre étant remplacé dès la 54e minute par Estrada après avoir traversé le match comme un fantôme. VA, de son côté, exploite les moindres opportunités et brille en contre, Aboubakar ratant le but du KO à deux occasions (72e, 74e). La réaction montpelliéraine intervient trop tard et les offensives héraultaises butent sur un excellent Penneteau, vigilant sur ce tir dévié de Saihi (74e), cette frappe de Dernis (74e) ou cette dernière tentative signée Utaka en demi-volée (90+4e). "On a manqué de justesse technique dans le jeu, on n'a pas réussi à se créer autant d'occasions que d'habitude. C'est un petit coup d'arrêt. (...) On n'était pas dedans ce soir, on a raté notre match. Il va falloir relever la tête, ce n'est pas la fin du monde, ce n'est pas grave", poursuivra Giroud. L'avenir, et notamment la réception de Toulouse mercredi, le dira. Car Paris, en s'imposant à Sochaux (1-0), n'a pas manqué l'occasion de venir souffler sur la nuque des Héraultais...