Montpellier, le hit de l'automne

  • A
  • A
Montpellier, le hit de l'automne
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le MHSC trône en tête du classement. Europe1.fr détaille les raisons de son succès.

Samedi soir, Montpellier a signé, à domicile, face à Lorient (4-0), sa onzième victoire de la saison en seize matches. Il s'agit également de la troisième d'affilée pour les joueurs de René Girard, qui sont, plus que jamais, solides leaders de la Ligue 1. "Quand ça dure, c'est qu'il y a quelque chose", a confié l'entraîneur héraultais samedi, dans des propos repris dans L'Equipe. Ce quelque chose, Europe1.fr a tenté de l'identifier en quatre points.

Olivier Giroud, buteur face à Lorient (930x620)

© MAXPPP

Olivier Giroud, le triple A. Aérien, appliqué et adroit. L'attaquant montpelliérain a fait une nouvelle fois la démonstration de ses qualités, samedi soir, en délivrant trois passes décisives, dont une de la tête, et en marquant le deuxième but du MHSC, son douzième personnel cette saison. "Si vous regardez mes matches régulièrement, j'aime faire participer mes copains autour de moi. Dans ce match, ils se sont bien démarqués et je les ai bien trouvés", a confié Giroud, qui est le premier joueur de Ligue 1 à réalisé trois passes décisives dans le même match cette saison. Et le week-end dernier, Giroud était devenu le premier joueur à réaliser deux triplés cette saison. Il y en a qu'une première sélection chez les Bleus inhibe. Ce n'est pas le cas de Giroud qui, plus que jamais, peut prétendre être du voyage en Ukraine avec la France.

Younes Belhanda (930x620)

© MAXPPP

Des jeunes talentueux et nombreux. Samedi soir, face à Lorient, quatre des onze titulaires alignés étaient des joueurs formés au club : le gardien Geoffrey Jourdren (25 ans), le défenseur Mapou Yanga-Mbiwa (22 ans) et les milieux de terrain Jamel Saihi (24 ans) et Younès Belhanda (21 ans, photo). Entré en jeu en cours de match, le dernier buteur, Rémy Cabella, 21 ans, prêté la saison dernière à Arles-Avignon, est également issu du centre de formation. Et avec Abdelhamid El Kaoutari, Karim Aït-Fana, Bengali-Fodé Koita ou Benjamin Stambouli, le MHSC possède de la réserve. Cette jeunesse confère du dynamisme au jeu de Montpellier, qui dispose de la meilleure attaque de Ligue 1, avec 36 buts. "Quand Montpellier a accéléré, on a explosé", a convenu l'entraîneur de Lorient, Christian Gourcuff, à l'issue de la rencontre. "Notamment sur les côtés de la défense." Sur les côtés, ont opéré samedi deux joueurs d'expérience, l'ancien Stéphanois Geoffrey Dernis, 30 ans, et l'ex-Rennais John Utaka, 29 ans, deux joueurs en réussite qui montrent qu'en plus de former, Montpellier sait aussi (bien) acheter.

Henri Bedimo (930x620)

© MAXPPP

Un recrutement juste et équilibré. Comparaison n'est pas raison. Mais lors du dernier mercato, le Paris-SG, que Montpellier a délogé de sa première place le week-end dernier, a eu une balance des transferts de 84 millions d'euros (86 millions d'achats, 2 millions de vente). Le club héraultais, lui, a acheté Henri Bedimo (photo) à Lens, vendant Emir Spahic à Valence pour la même somme de deux millions d'euros. A Montpellier, rien ne se perd. Et surtout pas les paris. Car c'en était un d'engager Bedimo, relégué avec les Sang et Or, mais aussi Vitorino Hilton, borduré à Marseille. Aujourd'hui, ces deux joueurs, rôdés aux joutes de la Ligue 1, sont des titulaires indiscutables de la défense montpelliéraine. 

René Girard (930x620)

© MAXPPP

Des dirigeants forts en gueule. Louis Nicollin à la présidence, René Girard sur le banc. Montpellier possède à sa tête un duo qui ne mâche pas ses mots, mais qui maîtrise également son sujet. "Loulou", qui est arrivé en 1974, pourra bientôt s'enorgueillir de quatre décennies passées à la tête du club. Quant à Girard, fin connaisseur du climat local (il est né dans le Gard et a été joueur au Nîmes Olympique, le rival), il a passé quatre ans à la tête de l'équipe de France Espoirs après deux saisons chez les moins de 19 puis les moins de 16 ans. Autant dire que diriger des jeunes, Girard maîtrise. "Je suis très heureux. On avance partout. Au niveau des points, au niveau du jeu", a confié le coach héraultais. Ironie de l'histoire, alors que leur équipe sortait un match de gala, les deux hommes forts du MHSC n'étaient pas à leurs postes. Girard purgeait, tout près de la pelouse (photo), le dernier de ses deux matches de suspension pour s'en être pris à l'arbitrage. Grippé, "Loulou" a, lui, regardé le match à la télé. Et a pu constater que la machine montpelliéraine, elle, était loin de l'être, grippée...