Montpellier joue sa saison

  • A
  • A
Montpellier joue sa saison
Partagez sur :

Battu à la surprise générale à Schaffhausen (26-31) la semaine dernière, Montpellier se trouve au pied du mur avant de recevoir les Suisses dimanche lors du match retour de la Ligue des Champions. Le club héraultais, qui doit donc s'imposer au moins de +5 à l'Arena pour passer, mise très gros sur la Coupe d'Europe cette saison. Autant dire qu'une élimination par une équipe de seconde zone rimerait assez mal avec les ambitions d'atteindre le Final Four.

Battu à la surprise générale à Schaffhausen (26-31) la semaine dernière, Montpellier se trouve au pied du mur avant de recevoir les Suisses dimanche lors du match retour de la Ligue des Champions. Le club héraultais, qui doit donc s'imposer au moins de +5 à l'Arena pour passer, mise très gros sur la Coupe d'Europe cette saison. Autant dire qu'une élimination par une équipe de seconde zone rimerait assez mal avec les ambitions d'atteindre le Final Four. Gagner à Hambourg et perdre à Schaffhausen. Tel est le paradoxe cultivé par Montpellier cette saison en Ligue des Champions. Vainqueurs sur le parquet du très certainement futur champion d'Allemagne puis battus dès le premier match de la phase à éliminations directes chez un club suisse quatrième de son groupe, les Montpelliérains sont capables du meilleur comme du pire depuis quelques temps. Et leur match raté lors du huitième de finale aller (26-31), pour lequel ils ont compté jusqu'à dix buts de retard à huit minutes du terme, pourrait avoir de lourdes conséquences tant une élimination ferait tâche. Candidat déclaré au Final Four de Cologne, pris très au sérieux par l'ensemble des prétendants au titre après son magnifique parcours lors de la première phase, le MAHB tomberait brusquement de son Piédestal s'il venait à buter avant les quarts de finale face à une équipe n'appartenant pas au gratin européen. S'ils avaient atteint l'an dernier la finale de la Coupe EHF, les Suisses de Schaffhausen, qui ont réussi le match parfait il y a dix jours, ne jouent pas dans la même cour que les plus grands clubs allemands et espagnols comme aspire à le faire les champions de France. Inutile de préciser que Montpellier, seul premier de groupe à avoir cédé sur le terrain d'un quatrième lors du premier acte des huitièmes de finale, est sous pression. Faire comme à Bougnol Dans l'intervalle entre les deux rendez-vous avec Schaffhausen, les Héraultais ont rebondi en passant leurs nerfs sur Nantes (31-16) le week-end dernier en championnat. "L'équipe a bien joué ce soir, mais il ne faut pas oublier que l'essentiel est le week-end prochain", prévenait Patrice Canayer. L'entraîneur du MAHB qui a par ailleurs salué en conférence de presse avant de retrouver les Suisses le sérieux et l'engagement mis par ses joueurs lors des séances d'entraînement de la semaine. Il peut aussi se féliciter de pouvoir, enfin, compter sur toutes les forces de son collectif avec le retour aux affaires de William Accambray et Aymen Hammed depuis quelques jours. De gros débours comblés à la maison, le MAHB l'a déjà fait en Ligue des Champions, et parfois bien plus qu'un retard de cinq buts. On pense évidemment en premier lieu à leur come back contre Pampelune lors de la finale retour de la reine des Coupe d'Europe en 2003 (-8 en Espagne, +12 à Montpellier). Mais ce genre d'exploit-là, le club du président Molines les réalisait à Bougnol, son antre devenue depuis septembre dernier sa résidence secondaire dévolue aux matches du championnat de France. Dans sa flamboyante Arena, qui fera sans doute le plein dimanche après-midi, les coéquipiers de Nikola Karabatic n'ont pas encore écrit de grandes histoires. Le moment serait bien choisi.