Montpellier est déjà prêt

  • A
  • A
Montpellier est déjà prêt
Partagez sur :

Comme l'an passé, Montpellier a remporté le Trophée des champions, organisé à Monaco, dimanche. Les Héraultais ont en effet disposé de Chambéry, au terme d'une finale maîtrisée de bout en bout, notamment défensivement (30-23). De bon augure avant l'ouverture d'un championnat qui leur semble promis. Côté chambérien, le manque de rotation sur la base arrière pourrait coûter cher.

Comme l'an passé, Montpellier a remporté le Trophée des champions, organisé à Monaco, dimanche. Les Héraultais ont en effet disposé de Chambéry, au terme d'une finale maîtrisée de bout en bout, notamment défensivement. De bon augure avant l'ouverture d'un championnat qui leur semble promis. Côté chambérien, le manque de rotation sur la base arrière pourrait coûter cher. Même pas les miettes. Prêt à tout dévorer cette saison sur la scène nationale, Montpellier a démarré par une victoire lors du Trophée des champions, dimanche à Monaco. Et si l'an passé, Chambéry avait offert une belle résistance en finale, les Savoyards se sont cette fois fracassés sur le mur héraultais (30-23). Et le constat est sans équivoque, tant Nikola Karabatic et sa bande ont dominé les débats. "Quand on est défaillant dans certains secteurs face à eux, ça ne pardonne pas", souffle Benjamin Gille. Et l'opération de destruction démarre dès le coup d'envoi, avec une défense de fer des Montpelliérains, qui n'hésitent pas à mettre énormément de rythme pour faire l'écart. "On avait à coeur de gagner cette finale. On a voulu imprimer dès le départ avec un rythme élevé. Et ça a payé", sourit Nikola Karabatic. De son côté, Chambéry peine en attaque, avec une rotation limitée sur la base arrière, et le fossé est déjà creusé à la pause (18-13, 30e). "Aujourd'hui, on se bat avec nos moyens. On sait que pour battre Montpellier, il faut être à 100% dans tous les secteurs", regrette Gille. Gardent: "Les autres équipes, elles, ne sont pas en finale" En face, Patrice Canayer a le luxe de faire tourner son effectif, sans que le niveau de jeu s'en ressente. On a ainsi pu voir Wissem Hmam peser de nouveau en attaque, après sa longue blessure à l'épaule, tandis que les recrues slovènes, Gajic et Prost, sont déjà en forme. De quoi ravir le manager héraultais, tout heureux de son week-end, qui augure d'une belle saison: "C'est une triple satisfaction. Il y a déjà de gagner un trophée, ce qui nous fait toujours plaisir. J'ai également vu face à Chambéry un niveau intéressant, on a su poser notre jeu. On a également passé un très bon week-end, ici, à Monaco". Du côté de Chambéry, Philippe Gardent ne conteste pas la victoire adverse. "Ils nous sont supérieurs, même quand on est au complet, souffle le coach savoyard. On n'a pas résisté, on s'est éparpillé, il n'y a aucune discussion à avoir". Pas question en revanche de présenter Chambéry comme un éternel loser du handball français: "C'est notre sixième finale d'affilée. Les autres équipes, elles, n'y sont pas". Un discours tranchant, symbole d'une équipe qui, malgré les embûches, ne va jamais s'avouer vaincue face à cet ogre montpelliérain. Il faudrait toutefois un miracle cette saison, pour empêcher les Héraultais de garnir un peu plus encore leur palmarès.