Montpellier douche l'OM

  • A
  • A
Montpellier douche l'OM
Partagez sur :

Après trois victoires de rang en championnat, l'OM a rechuté, samedi soir, dans une Mosson battue par une pluie ininterrompue. Face à des Montpelliérains bien décidés à conforter leur deuxième place au classement après les contre-performances du Losc et de l'OL la veille, les Marseillais se sont inclinés 1-0, victimes en seconde période d'un but contre son camp de Diawara. A une semaine du clasico...

Après trois victoires de rang en championnat, l'OM a rechuté, samedi soir, dans une Mosson battue par une pluie ininterrompue. Face à des Montpelliérains bien décidés à conforter leur deuxième place au classement après les contre-performances du Losc et de l'OL la veille, les Marseillais se sont inclinés 1-0, victimes en seconde période d'un but contre son camp de Diawara. A une semaine du clasico... Un test. Voilà comment les Marseillais concevaient ce déplacement à Montpellier, ce samedi, après 13 journées de championnat passées à souffler le chaud comme le froid, voire le gel. Pour autant, c'est bien forts d'une série d'invincibilité de sept matches en L1 que les hommes de Didier Deschamps se présentaient à la Mosson. Avec la perspective flatteuse de revenir à quatre points seulement du podium en cas de succès. Un petit miracle au vu du début de saison catastrophique de l'OM, bon dernier de l'élite au soir de la sixième levée. Point de 4-4-2 aux vertus insoupçonnables pour ce faire, malgré les trois victoires de rang ainsi obtenues, c'est dans une configuration plus offensive et paradoxalement moins audacieuse, en 4-3-3, que les Phocéens attaquaient la rencontre. Un revirement tactique qui nécessitait quelques minutes d'adaptation pour des Provençaux d'abord surpris par la vivacité de leurs hôtes héraultais, lesquels avaient tôt fait de percuter dans les couloirs par Utaka et Camara. La première banderille était ainsi à mettre au crédit du dernier nommé: une frappe enlevée, consécutive à un piqué dans l'axe, repoussée des deux poings par Mandanda (7e). Un simple avertissement à côté de cette tête de Giroud à la retombée d'un coup franc de Belhanda. Juste au-dessus... (27e). Sous une pluie battante tristement d'actualité dans les environs de Montpellier, Marseille parvenait tout de même à placer une occasion véritable en première période. Servi par J. Ayew, Rémy effaçait Jourdren d'un joli râteau mais manquait son tir du gauche dans la foulée (19e). Par excès de précipitation. Diawara, sur un coup de tête Mal en prenait au meilleur buteur olympien puisque la partie finissait par basculer en faveur des locaux. Plus incisifs encore après le repos, les Pailladins forçaient leur chance, à tel point que Diawara les aidait bien malgré lui à trouver la faille. Sur un centre en retrait de l'intenable Camara, le défenseur phocéen coupait malencontreusement la trajectoire du ballon de la tête, trompant ainsi la vigilance de Mandanda (1-0, 62e). Avec Gignac, Valbuena et Lucho lancés tardivement dans la bataille, les Marseillais tentaient bien de répliquer. Mais la frappe de Cheyrou, déviée, fuyait le cadre (63e), comme cette reprise de J. Ayew consécutive à un tir sec de Gignac mal capté par Jourdren (65e). En attendant la sortie dominicale du leader parisien devant Nancy, voilà le MHSC au sommet de la Ligue 1, à hauteur du PSG mais avec une différence de buts moindre (+13 contre +15). Invaincu depuis le huitième acte, Montpellier n'en finit plus de s'affirmer, et compte désormais cinq longueurs d'avance sur ses premiers poursuivants: le Losc, tenu en échec vendredi à Toulouse (0-0), et le Stade Rennais, vainqueur de Lyon à Gerland (1-2). Pour l'OM, une nouvelle remise en questions s'impose. La semaine prochaine, c'est un nouveau choc qui attend Marseille en championnat, contre Paris, quatre jours seulement après un match de Ligue des champions potentiellement décisif face à l'Olympiakos.