Montpellier donne le rythme

  • A
  • A
Montpellier donne le rythme
Partagez sur :

Co-leader du championnat depuis la défaite de Chambéry à Nantes le week-end dernier, Montpellier s'est largement imposé à Istres (27-16) jeudi, lors de la 20e journée de première division. Les Héraultais mettent la pression sur les Savoyards, qui reçoivent Cesson samedi.

Co-leader du championnat depuis la défaite de Chambéry à Nantes le week-end dernier, Montpellier s'est largement imposé à Istres (27-16) jeudi, lors de la 20e journée de première division. Les Héraultais mettent la pression sur les Savoyards, qui reçoivent Cesson samedi. Montpellier retrouve le sourire en ce début de printemps. Après avoir profité du faux-pas de Chambéry à Nantes pour revenir à hauteur des Savoyards en tête du classement, le week-end dernier, les Héraultais se déplaçaient ce jeudi, à Istres, en co-leader averti. "Istres aime croquer les grosses équipes, prévenait Patrice Canayer, dans 20minutes. Mais quand on joue le titre, on se doit de gagner lors des déplacements difficiles. Il n'y a pas de raison d'être stressé ou d'avoir peu". Récents tombeurs de Saint-Raphaël (26-29) et de Dunkerque (29-32), les Provençaux, qui pointent à une surprenante quatrième place et caressent l'espoir d'accrocher un strapontin européen, rêvaient en effet d'accrocher Montpellier à leur tableau de chasse. En vain. Trahis par leur manque de précision dans la zone de vérité, les hommes de Christophe Mazel, sans démériter, se sont inclinés sur leur parquet face au champion en titre (16-27), le talent de Flavien Lorenzelli n'ayant pas suffit à contrer les nombreux assauts montpelliérains. "On a bien défendu. Mais notre problème, c'est l'attaque. Il va falloir bosser les aspects offensifs", déplorait d'ailleurs le portier istréen à l'issue de la rencontre. Accroché en première période, Montpellier, imposant son rythme, notamment par l'intermédiaire de William Acambray, auteur de 7 buts, a très vite creusé l'écart en deuxième mi-temps, ne laissant aucun espoir à ses adversaires du soir. "On savait que ça allait être difficile. On a eu du mal à trouver des solutions en attaque, mais heureusement on a bien défendu. On a réussi à faire la différence en deuxième mi-temps, grâce à nos montées de balles. On était mieux organisé, et ça nous a permis de ne pas nous épuiser", assurait de son côté Nicolas Karabatic, interrogé sur Eurosport. Avec tous nos blessés, on voit bien notre grosse profondeur de banc. Venir gagner ici avec 11 buts d'écart, c'est significatif. Les Montpelliérains, désormais seul en tête, mettent la pression sur Chambéry, qui reçoit Cesson samedi.