Montpellier déroule

  • A
  • A
Montpellier déroule
Partagez sur :

Une semaine après son exploit à Kiel, Montpellier a connu moins de difficultés pour venir à bout du Partizan Belgrade, dimanche, lors de la troisième journée de Ligue des champions (36-27). Portés par les neuf buts de Vid Kavticnik, les Héraultais n'ont jamais été inquiétés, et ont pu faire tourner leur effectif, histoire d'en préserver certains pour les échéances futures.

Une semaine après son exploit à Kiel, Montpellier a connu moins de difficultés pour venir à bout du Partizan Belgrade, dimanche, lors de la troisième journée de Ligue des champions (36-27). Portés par les neuf buts de Vid Kavticnik, les Héraultais n'ont jamais été inquiétés, et ont pu faire tourner leur effectif, histoire d'en préserver certains pour les échéances futures. Désormais lancé à pleine vitesse, le train montpelliérain n'allait pas déraillé sur un caillou serbe. Opposés au Partizan Belgrade, une semaine après leur exploit face à Kiel, les partenaires de Nikola Karabatic ont donc fait le boulot, et se sont très vite rendus le match facile. "Il faut toujours se méfier, et respecter ses adversaires", expliquait Patrice Canayer, au micro de Sport+. Et ses joueurs appliquent la consigne dès le coup d'envoi, en défendant fort, et en mettant le feu en montée de balle (6-1, 5e). Après cinq minutes de jeu, le suspense quitte donc la Park&Suit Arena, et les Héraultais peuvent développer leur jeu. "C'était surtout un match qui nous permet de continuer à travailler, explique William Accambray. On savait qu'on était au-dessus, donc il fallait ne pas tomber dans le piège de la facilité". Mission accomplie, grâce à un Tej précieux en pivot (4 buts), et à un côté droit toujours plus efficace, avec 13 buts pour le duo slovène Kavticnik-Gajic. "On a bien travaillé nos combinaisons. Ce n'était pas un grand match de handball, mais on a fait le métier", se réjouit l'arrière gauche tricolore, auteur de 4 buts. Autre satisfaction, celle d'avoir laissé souffler la plupart des cadres, qui n'entament donc pas leurs réserves. "Patrice fait beaucoup de rotations. Il fait jouer un peu tout le monde, et ça fait du bien", explique Accambray. La route est en effet encore longue pour les Héraultais, qui accueillent Cesson, mercredi, en championnat, avant un déplacement périlleux à Copenhague, dimanche.