Montpellier a aussi du caractère

  • A
  • A
Montpellier a aussi du caractère
Partagez sur :

Même privé d'Accambray et Guigou et mené 15-13 à la pause, Montpellier a remporté le match choc de la 13e journée face à Chambéry (34-31) ce jeudi, faisant tomber l'invincibilité des Savoyards au Phare. Les Héraultais, portés par un Bojinovic des grands soirs, possèdent désormais quatre points d'avance et prennent un nouvel ascendant psychologique sur leurs principaux rivaux qui ont tout tenté mais lâché en fin de match.

Même privé d'Accambray et Guigou et mené 15-13 à la pause, Montpellier a remporté le match choc de la 13e journée face à Chambéry (34-31) ce jeudi, faisant tomber l'invincibilité des Savoyards au Phare. Les Héraultais, portés par un Bojinovic des grands soirs, possèdent désormais quatre points d'avance et prennent un nouvel ascendant psychologique sur leurs principaux rivaux qui ont tout tenté mais lâché en fin de match. Le combat annoncé a bien eu lieu... Et on a beau terriblement les bousculer, les secouer physiquement, les Montpelliérains adorent toujours autant ces matches au couteau. Les nombreuses absences dans le camp héraultais donnaient pourtant de l'espoir à ceux qui voulaient ménager le suspense en tête du championnat, les observateurs, comme les Chambériens, déterminés à faire mordre la poussière à l'ogre de la D1. Les hommes de Philippe Gardent pouvaient en plus compter sur un effectif au complet et une rotation des bases arrières impressionnante, à l'image de la présence de Bertrand Roiné sur le banc en début de match. Imposant un gros combat physique, serrant Karabatic de près, Chambéry ne tarde pas à prendre les devants, Barachet s'illustrant rapidement pour permettre aux siens de mener 3-1 dès la 3e minute. Chambéry va même mener de six buts à la 14e minute, s'appuyant sur un trio décisif, Cyril Dumoulin impérial dans les buts, Karel Nocar énorme en défense et Xavier Barachet bien présent au rendez-vous pour conclure. Ébranlé, Montpellier s'accroche et s'appuie sur les fautes des Chambériens pour espérer, Bertrand Roiné et Benjamin Gille frôlant la disqualification avec deux périodes de deux minutes chacun concédés avant même la pause pour des fautes répétées sur Nikola Karabatic. Chambéry rejoint les vestiaires avec deux buts d'avance (15-13). Bojinovic sort le turbo Samuel Honrubia lance tambour battant la seconde période et Montpellier revient au score. L'essentiel de la deuxième période sera un jeu de chassé-croisé entre les deux équipes, Cédric Paty puis Bertrand Roiné de loin répondant aux multiples réalisations d'un Mladen Bojinovic intenable et auteur au final de 13 buts ! Cyril Dumoulin se montre moins précieux et la défense savoyarde affiche davantage de largesses. La fin de match voit Montpellier prendre l'ascendant physiquement et se détacher. Gérant bien son avance de trois buts née à cinq minutes du terme, les hommes de Patrice Canayer s'imposent 34-31, laissant bien des regrets à des Chambériens impuissants à l'image de Xavier Barachet, interrogé par Canal+ Sport. "C'est une énorme déception, on n'est pas passé loin, c'est difficile à analyser mais ils ont été forts, avouait l'arrière international. Ça va être dur pour le titre mais on visait avant tout la Ligue des champions. On est encore assez loin de nos poursuivants". Nikola Karabatic pouvait lui savourer ce précieux succès avant les fêtes : "On voulait bien terminer l'année, finir sur une bonne note et partir en vacances avec une grosse victoire ici. Gagner au Phare représente un gros match pour nous. On n'a rien lâché. C'était un match à quatre points. On est en bonne position pour les matches retour. Quatre points d'avance, c'est un gros luxe qu'on va pouvoir gérer sereinement". Un bien joli cadeau de Noël avant l'heure.